/>

“Salles de shoot” : Roselyne Bachelot remise à sa place

Rédigé par lateigne (24actu) le 13 août 2010.

 

Roselyne Bachelot est prête à tout pour exister médiatiquement. Elle en a remis une couche cette semaine sur ses fameuses "salles de shoot", son projet de création de zones protégées pour toxicos et dealers. Pas vraiment du goût de François Fillon.

 

Quel bilan pour notre ministre de la Santé ! Responsable en chef du fiasco de la campagne de vaccination "militaire" contre la grippe H1N1 ! Auteure d'une guéguerre pathétique avec sa secrétaire d'Etat Rama Yade ! Multiplication des couacs et déclarations débiles autour de l'équipe de France !

 

La liste des ratés de Roselyne Bachelot est sans fin. Elle a quand même voulu faire mieux en s'enfonçant dans son délire de "salles de shoot", dont personne ou presque ne veut dans la majorité, et qui va à l'encontre du tour de vis sécuritaire actuel du gouvernement.

 

Les "salles de shoot" c'est quoi ? Des salles encadrées pour permettre aux toxicos de prendre leur dose en toute sécurité et de limiter ainsi les risques d'overdose et de contamination.

 

Une bonne idée en apparence… Sauf que pour être efficaces, ces salles doivent être "sanctuarisées" et que la police ne peut y intervenir sous peine que les toxicos ne les désertent. Du coup, les "salles de shoot" de Madame Bachelot ne seraient rien de moins que des repères tranquilles pour junkies et dealers… Eh oui, l'un ne va pas sans l'autre…

 

Sans parler bien sur des heureux riverains de ces centres sociaux particuliers qui verraient débarquer devant chez eux tous les toxicos du quartier. Il y a meilleur voisinage tout de même…

 

Heureusement, François Fillon a mis bon ordre à ce nouveau dérapage de sa ministre et l'a vertement recadré, précisant que ces "salles de shoot ne sont ni utiles ni souhaitables". Espérons qu'il s'y tienne…

 

Car il existe une tentation au sein même de la majorité d'emprunter cette voie dangereuse et le président du Sénat, Gérard Larcher, s'est même déclaré favorable à la création d'une mission parlementaire sur la question.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. […] L’AlsaceSalles de consommation de drogue : les partisans ne désarment pasLe Parisien24heuresactu.com -L’Express -Le Progrès339 autres […]

  2. […] Bachelot victime d'un virage à droiteL’ExpressAfrique Actu -Le Progrès -24heuresactu.com304 autres […]

  3. hebe... dit :

    Et pour une fois que Roselyne avait préparé ses arrières (compte-rendus d'expérimentations en Espagne et en Suisse pas mauvais, rapport favorable de l'INSERM, regard bienveillant du président du Sénat), manque de bol, elle tombe en plein virage à droite. Du coup, peu importe les faits, peu importe les analyses d'organismes reconnus, peu importe la rationalité…

    Le président a dit "à droite toute", donc "pas de pitié pour les drogués, qu'ils aillent faire des overdoses dans le caniveau." C'est beau, la politique, quand la stratégie prend le pas sur le bien commun.

Laisser un commentaire