/>

Estrosi soutenu par toute la droite contre la gauche et Villepin

Rédigé par Notre équipe le 17 août 2010.

Si vous lisez la presse en ce moment, vous aurez l'impression que les propositions du Maire de Nice et ministre de l'Industrie, provoque, comme l'écrit l'AFP, "un tollé à gauche, mais aussi à droite".


Christian Estrosi proposait il y a quelques jours de sanctionner les municipalités défaillantes en matière de sécurité et comble et demandait "l'union nationale" des partis politiques face à cet enjeu national.


Evidemment, la sécurité n'étant pas le thème préféré des socialistes, ces derniers ont fait sortir leurs porte-flingues, Hamon et Rebsamen en duo, pour dénoncer ces propos qui interviennent dans un contexte politique très marqué "à droite", notamment suite aux déclarations de Nicolas Sarkozy sur les déchéances de nationalité.


Et pourtant, l'idée n'était pas bête et déjà appliquée et admise dans pleins d'autres domaines. Pour des questions environnementales, d'aménagement urbain, de traitement de l'eau ou des déchets, d'économie budgétaire, etc… les municipalités sont déjà soumises à des bonus-malus importants.


Pour les opposants de l'idée, punir des maires n'est pas acceptable. En fait, il n'en a jamais été question dans la proposition avancée par celui qui est aussi l'ancien ministre de l'Outre-Mer. Il s'agit simplement d'évaluer l'action des mairies et d'en tirer les conséquences politiques et administratives en terme d'encadrement préfectorale ou de liberté d'initiative, ou en matière budgétaire par exemple. Il ne s'agit pas de moins payer le maire du village ou de lui demander de faire des heures supplémentaires !


Sur la réception de cette idée maintenant. Les Français jugeront différemment selon que ce sera Marianne ou Le Figaro qui commandera le sondage. Mais on lira dans certaines presses que la droite semble divisée derrière son ministre. Faux ! Toute la droite soutient Christian Estrosi… sauf les Villepinistes.


Et là, même si théoriquement ces types-là sont à droite, ils ne s'expriment QUE pour contredire des sarkozystes de 1ère heure. Ce ne sont pas des paroles libres, ce ne sont pas des propos sincères : c'est une tactique électorale. Affaiblir son frère, l'embrasser un jour, et l'étrangler. Villepin réadhère à l'UMP pendant que ses sbires défoncent et sapent la majorité.


En soi, oui il y a des voix discordantes sur la proposition d'Estrosi dans la majorité. Mais ces voix, celles de "république solidaire" en construction (le mouvement politique de DDV), ne comptent pas : ce n'est pas une dissension de fond, c'en est une opportuniste de forme.
 

Laisser un commentaire