/>

Les écolos s’entichent d’Eva Joly, Cécile Duflot au frigo

Rédigé par lateigne (24actu) le 19 août 2010.

 

Que lui trouvent donc les écolos ? Le charisme d'un hareng-saur, la mine crispée d'une vieille tante acariâtre : Eva Joly n'a rien du candidat charismatique capable de transformer l'essai électoral des derniers scrutins. Retour sur un sabordage politique dont les Verts ont le secret.

 

Bonne nouvelle pour la France. Les Verts ont à nouveau choisi de se faire hara-kiri après d'opaques luttes d'influence. Inconnue des milieux écolos, Eva Joly est devenue comme par magie la nouvelle Pasionaria de l'écologie politique.

 

Sans que l'on comprenne très bien pourquoi, l'ancienne juge a délogé Cécile Duflot de son fauteuil de candidate naturelle d'Europe Écologie. Une Cécile Duflot qui s'est d'ailleurs sagement rangée derrière la protégée de Daniel Cohn-Bendit, le grand marionnettiste écolo.

 

Les Verts se tirent une balle dans le pied en s'entichant de cette néophyte politique dont l'image n'est pas du tout associée à l'écologie. Une volonté de remettre à sa place une Cécile Duflot trop charismatique et médiatique pour certains mandarins Verts ?

 

L'histoire ressemble en tout cas à s'y méprendre à la désignation comme candidat d'Alain Lipietz en 2002. Après des guerres intestines, les militants avaient préféré ce militant terne et inconnu à un Noël Mamère qui représentait de facto l'écologie aux yeux des Français.

 

Dix ans plus tard, c'est l'ambitieuse Cécile Duflot qui fait les frais de la machine à broyer écologiste. Elle est pourtant (et de loin) la meilleure et la plus dangereuse avocate de l'écologie radicale. En à peine deux ans, elle a donné à l'extrémisme écologique des Verts une visibilité et une respectabilité inédites.

 

Mais la petite meute trotskiste qui peuple Europe Écologie n'aime pas qu'une tête dépasse des rangs. Quitte à sacrifier les ambitions de "révolution écologique" des Verts dont le score aux présidentielles impactera forcément sur leur future représentation à l'Assemblée… Et au gouvernement ?

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Françoise CHA dit :

    En qualité de juge, elle était parfaitement à sa place; Ecolo, pourquoi pas, mais candidate à la présidentielle, je ne crois pas que ce soit sa place; je la trouve plutôt bien cette Eva Joly, et les norvégiens aussi; Mais, justement sa culture est éloignée de la notre et je ne pense pas que les français – dans leur grande majorité – se sentiraient représentés par elle; donc, Présidente de l'Europe, pourquoi pas, Présidente de la France, j'en doute, et tout cela sans aucune animosité, bien au contraire.

  2. Guy dit :

    Ben vi les norvégiens l'aiment bien madame Joly est née en Norvége en 43 …

    Tiens elle est dans sa 67 ème année et elle est candidate oups . C’est dit. Mais pour l’heure, elle joue surtout sur un registre: celui de l’ancienne magistrate purificatrice. Séduisant, mais pas suffisant pour tenir toute une campagne présidentielle

    Bonne retraite madame

  3. laetitia dit :

    étrangère, vieille, pas sexy ni charismatique – hum, ça fleure bon le macho bas du front ! Et si justement les citoyens en avaient assez des candidats charismatiques, télégéniques, publicitaires ?

  4. […] n’a pas disparu », a affirmé l’homme de mai 68 dans un clin d’oeil à Cécile Duflot et aux apparatchiks du parti écologiste, Vincent Planté en tête, qui ont freiné des quatre fers la fusion du parti écologiste historique […]

  5. Robespierre dit :

    N’en déplaise à Dani, Cécile à beaucoup de charisme un discours fleuve et construit et un charme fou

Laisser un commentaire