Couples : 110.000 hommes battus en France, la loi du silence !

Rédigé par maximus (24actu) le 27 août 2010.

 

Les violences conjugales ne touchent pas que les femmes. Selon l'observatoire de la délinquance, 110.000 hommes sont battus chaque année par leurs compagnes. Moins de 5% osent briser la loi du silence et porter plainte.

 

Pas facile pour un homme d'admettre que sa compagne le bat tant est ancré dans l'inconscient collectif l'image de la femme battue par un mari plus fort physiquement. Mais si les violences conjugales concernent très majoritairement les femmes, 27 hommes sont décédés en 2009 sous les coups de leurs femmes (157 femmes sont mortes dans des situations identiques à la même époque).

 

Hélas, trop peu d'hommes victimes d'abus (notamment des personnes âgées), osent franchir le pas et acceptent de porter plainte ou même de parler des sévices dont ils sont les victimes.

 

Selon l'association SOS Hommes battus, il ne s'agit pas que d'un problème d'amour propre et un certain nombre d'hommes venant au commissariat sont l'objet de moqueries et voient leur plainte pas prise au sérieux. Lorsqu'une plainte est déposée, il est d'ailleurs très rare qu'elle soit suivie de condamnation.

 

Enfin l'heure de la parité ?

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. CLVDP dit :

    "Dans la société, il est impensable que les hommes puissent être victimes de violences conjugales." Selon Serge Guinot, si les hommes n'osent pas en parler, c'est aussi parce que "si ce n'est pas pensable, alors ça n'existe pas". Mais une prise de conscience est en cours. "L'homme en est actuellement ou était la femme il y a 30 ans."

    Le thérapeute explique que pour se confier, ils ont en moyenne besoin de 7 à 10 ans. Mais même les hommes qui font le pas se retrouvent face à des accusations et des incompréhensions: "Ils ne se sentent pas entendus", souligne-t-il. Il précise que l’approche pour rechercher de l’aide n’est pas la même, selon qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme. "Les hommes veulent un soutien concret, comme par exemple : comment faire dans la relation avec leur conjointe pour que ça fonctionne, ou encore comment se défendre au niveau juridique."

    "J'ai trop longtemps attendu et je me suis caché ce problème. Il y a sûrement d'autres personnes dans le même cas, et je ne peux que les encourager à en parler". Paul a accepté de livrer son témoignage à la Tribune de Genève.
    http://www.tdg.ch/geneve/actu/hommes-battus-exist

  2. CLVDP dit :

    ARTICLE DU 27/07/09 de france soir :

    Près de 10 % des hommes seraient victimes de violences conjugales. Mais à en croire plusieurs études américaines et canadiennes, le nombre d’hommes battus est largement sous-estimé. Ils… seraient mêmes tout autant victimes d’agressions physiques et psychologiques au sein du couple que les femmes.

    « La violence des femmes est tue, et pourtant elle tue », déplore Sébastien L. Cet homme a subi pendant des années les coups et les insultes de sa femme. Combien sont-ils comme lui, victimes silencieuses de leur compagne ? Difficile de répondre avec certitude tant le tabou est fort. « Des études sérieuses et sans préjugés ont prouvé qu’il y a eu 8 % de femmes battues et 7 % d’hommes battus au Québec ces cinq dernières années. Pourquoi les choses seraient-elles différentes en France ? » interroge le psychologue Yvon Dallaire, auteur de La Violence faite aux hommes. « La violence n’a pas de sexe. Bien sûr, un poing d’homme fera plus de dégâts mais dans 80 % des cas, les femmes utilisent des objets, qui compensent leur faiblesse relative. La violence des femmes est impensable pour beaucoup de gens, donc on croit qu’elle n’existe pas. D’autant que les hommes battus, bien évidemment, ne vont pas dénoncer. »

    (s) ChaCha Croft

    Site:
    http://femmeshommesbattusviolesparconjoint.e-mons

  3. CLVDP dit :

    En France, selon l’Office National de la Délinquance qui dépend de l’office gouvernemental de la statistique IHNES, les chiffres 2007 montreraient que sur 100 personnes battues, 25% sont des hommes. Tout en précisant que les hommes ne portent presque jamais plainte.

    Ce rapport est fondé sur les fait constatés par la police et la gendarmerie. Constatés, cela signifie dénoncés, mais les agents ne sont pas forcément présent lors des faits. Il ne s’agit pas non plus de décisions de justices, soit des condamnations en première instance ou définitives. L’OND a commencé en 2007 les enquêtes de victimisation. Ces enquêtes affirment que seules 20% des femmes victimes déposent plaintes. Et combien d’hommes? Peu, très très peu, on imagine bien.

    Selon les années et la méthode de calcul le pourcentage de femmes victimes varie d’une année à l’autre, de moins de 0,1% à 2,5%. Pour les hommes il varie de 0,8% à 1,6%. Où sont les 10, 20, 30 % de femmes victimes? Où sont les 98% de femmes victimes pour 2% d’hommes? Nulle part. Parce que cela n’est pas la réalité. Quelques développements sur le rapport de l’OND:

    «Les violences conjugales sont en hausse en France, selon les chiffres publiés par l’observatoire national de la délinquance (OND). Pour l’ensemble des départements, y compris ceux l’outre-mer, 18,7 faits de violences par conjoint ou ex-conjoint pour 10 000 femmes majeures ont été constatés en 2007 (ndlr: 0,18%). Ce taux, inférieur à 10 pour 10 000 dans une douzaine de départements avoisine 50 pour 10 000 en Seine-Saint-Denis et en Guyane.

    Sur la question particulière de la mesure de la violence conjugale, l’OND a cherché, dès son rapport de mars 2006 2, à regrouper les différentes données disponibles sur les plaintes. L’état 4001 ne comportant pas d’informations sur le lien entre l’auteur et la victime, il ne permet pas de distinguer ce type de violences des autres violences enregistrées. Il a donc fallu s’adresser séparément à la direction centrale de la sécurité publique, à la préfecture de police de Paris et à la direction générale de la gendarmerie nationale pour réunir les statistiques sur les faits constatés de violences sur conjoint.

    …À partir des données transmises par la direction centrale de la sécurité publique, par la préfecture de Police de Paris et par la direction générale de la gendarmerie nationale, l’observatoire national de la délinquance (OND) estime, qu’en 2007, 47 573 faits constatés de violences volontaires sur femmes majeures par conjoint ou ex- conjoint ont été enregistrés en France métropolitaine et dans les 4 départements d’outre-mer. Ce type de violences représente 25,6 % de l’ensemble des faits constatés de violences volontaires sur personnes de 15 ans et plus en 2007.

    Le dispositif d’enquêtes annuelles de victimation « cadre de vie et sécurité » que l’OND a développé en partenariat avec l’INSEE a permis, en 2007, d’interroger plus de 10 000 personnes de 18 à 60 ans sur les violences physiques dont elles ont pu être victimes en 2005 ou 2006. Cette enquête étant la première de la série, il n’est pas encore possible d’établir une tendance d’évolution à comparer avec celle observée en matière de faits constatés. En revanche, on peut, à partir des réponses fournies par les enquêtes, estimer le nombre de victimes et le taux de plainte pour les deux années citées.

    Interrogées entre janvier et mars 2007, environ 2,3 % des femmes de 18 à 60 ans ont déclaré avoir été victimes de violences physiques de la part d’un conjoint ou d’un ex-conjoint en 2005 ou 2006.

    La part des hommes de 18 à 60 ans ayant déclaré avoir subi des violences d’un conjoint ou d’un ex-conjoint en 2005 ou 2006 est estimée à 0,7 %, soit un peu moins de 130 000 d’entre eux. Presque aucune victime de sexe masculin n’a déposé une plainte pour les faits subis.»

    Les hommes n’ont pas la culture de la victime. Je titre ce billet sur le lavage de cerveau. Ce n’est pas une provocation, c’est un constat, comme le reportage ci-après le montre très clairement.

    Les chiffres sur la violence conjugale sont forcés, amplifiés, pour dramatiser, le drame amenant de l’argent. Mais on ne rend service ni à la société ni aux vraies victimes. Encore moins aux hommes puisque sous l’impulsion des féministes intégristes ceux-ci sont accusés par principe et des lois spécifiques contre eux voient le jour. On se croirait revenu à des époques de triste mémoire.

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/08/28/

  4. suiret dit :

    J ‘ ai été un homme battu pendant 9 ans et j ‘ ai obtenu la garde exclusive de ma fille , preuve que les choses changent . Quand aux chiffres , je me souviens d ‘ un médecin des urgences qui me soignait et qui disait soigner bcp d ‘ hommes victimes de violences et qui pensait que les chiffres étaient sous évalués .

  5. […]   Les violences conjugales ne touchent pas que les femmes. Selon l'observatoire de la délinquance, 110.000 hommes sont battus chaque année par leurs compagnes. Moins de 5% osent briser…  […]

  6. Juliette dit :

    Bonjour, Je m’appelle Juliette et je suis étudiante en cinéma. Je recherche des témoignages d’hommes battus / femmes violentes / enfants ayant été victimes de la violence de leur mère. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter par mail : juliette.lafemis@gmail.com. Cette annonce est assez urgente. A bientôt et merci

  7. Antonio papalardo dit :

    Je suis un homme battu. ma femme a fait des fausse accusations et je sur sur la rue. Meme la elle continue a me harceler. je suis alle au commisariat millions fois mais il prenne jamais mes plaintes et se moque meme de moi. Elle parle de propos de “mon sperme” sur facebook et me traite de PD. je susi traumatise et ce qui me reste afaire c’est de se suicider car les lois francais sont faite que pour les femmes. Ma femmes est capable de tous faire, meme si cest ilegal, et elle ne se fait jamais arrter. Quelle France !!!!

    Conseiller moi quel porte je peux frapper svp.
    Merci

Laisser un commentaire