/>

Rentrée : les profs désemparés face aux élèves racailles

Rédigé par lateigne (24actu) le 01 septembre 2010.

 

C'est un classique de la rentrée. De jeunes et dynamiques "capéssiens" se retrouvent largués sans formation comme professeurs dans la jungle des collèges et lycées de banlieue où sévissent les bandes de racailles et autres sauvageons décérébrés.

 

Comme ils sont tous de gauche, ils n'osent pas trop se plaindre ou alors pas trop fort. Mais face à ces "jeunes difficiles" selon la terminologie soviétique de l'Éducation nationale, même les meilleures volontés finissent par se briser comme de la porcelaine.

 

On ne s'improvise pas garde-chien ou garde-chiourme (selon les préférences) du jour au lendemain. Rien dans des études de lettres, de latin ou de maths ne prépare au choc brutal de culture entre hussards de la IIIe République et wisigoths !

 

Il faudra pourtant bien occuper ces "oufs" pendant les neuf mois à venir. Le programme d'histoire ? Oublié dès la première semaine. Mais faute d'instruire, il reste à se faire respecter. Épreuve ultime ou d'aucuns sauvent leur amour propre. "Bien sûr ils n'ont rien appris, mais la classe n'a pas bougé !"

 

Voici où en est la France après deux décennies de domination de la bien-pensance de la gauche caviar qui a vu derrière chaque délinquant une victime du système et derrière toute autorité la tentation fasciste ! Et c'est des gamins de 25 ans qui doivent assumer cette situation odieuse !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Pax Romana dit :

    Je ne vois pas quel type de formation pourrait aider les profs à se faire respecter. Ce n'est pas eux qu'il faut former, mais plutôt les décérébrés auxquels ils ont affaire.

    Il y a un programme de formation qui pourrait être efficace : celui de la grande baffe dans ta gueule avec supplément châtaigne quand tu rentres chez toi en pleurnichant que ton prof t'en a balancé une.

    Problème : les tenants de la "pédogogologie" ont fait de l'ado l'astre solaire de la galaxie Education nationale.

    La seule formation valable selon moi serait un retour à une discipline stricte dont les premiers bénéficiaires seraient les gamins eux-mêmes. Soupe de phalanges quand nécessaire et travaux d'intérêt général, parce que les commissions de discipline et autres gesticulations de leurs encadrants rongés de culpabilité, ça les fait gentiment rigoler et ça les laisse dans leurs dérives.

  2. lolo06 dit :

    Non les jeunes profs ne sont pas tous de gauche ! Quelle idée !

    Peu culpabilisent quant à la victimisation de ces pauvres gamins livrés au système…

    S’ils le pouvaient, les profs foutraient ces petites racailles hors des établissements scolaires et envoyés à des TIG.

    Stop au stéréotype du prof gaucho, branlo… cela n’existe pas plus que dans n’importe quel autre corps de métier, fonctionnaire ou privé !!!

Laisser un commentaire