/>

Eric Woerth doit démissionner… après la réforme des retraites

Rédigé par maximus (24actu) le 06 septembre 2010.

Après les rapaces qui ont lancé la chasse à l'homme, c'est au tour des charognards de se battre becs et ongles sur la carcasse politique encore fumante du ministre du Travail. La cabale, e politico-médiqatique a eu raison de la crédibilité d'Eric Woerth. Plutôt que s'accrocher à un fauteuil déjà envolé, il serait bien inspiré d'annoncer sa démission… mais seulement au terme de son combat capital pour la réforme des retraites.

 

Eric Woerth aura commis deux fautes, l'une vénielle, l'autre grave : s'empêtrer dans des mensonges pour défendre une position intenable (que celui qui ne l'a jamais fait lui jette la première pierre) dans l'attribution d'une légion d'honneur et faire embaucher sa femme par le premier contribuable de France…

 

Ce piston est une faute grave mais ancienne. Pourquoi personne n'a protesté lorsqu'Eric Woerth est entré au gouvernement ? L'emploi de sa femme n'était pas un secret ? Pourquoi attendre le mois précédant la réforme capitale des retraites ?

 

A ces deux fautes indéniables (et symptomatique de la déconnection du monde politique), se sont ajoutés deux mois de rumeurs relayés avec une diligence coupable par des journalistes en quête de sang. Un véritable lynchage dans un dossier qui risque de faire pschitt une fois que le tourbillon médiatique se sera calmé… Que l'on se souvienne de Dominique Strauss-Kahn ou Dominique Baudis pour ne pas parler de Bérégovoy !

 

Toujours est-il qu'à l'heure actuelle la crédibilité politique d'Eric Woerth est à peu près nulle et que son avenir ministériel (au moins sur le court-terme) est condamné (merci aux juges journalistes). Plutôt que de s'accrocher à son poste, le ministre du Travail se grandirait à annoncer sa démission une fois la réforme des retraites adoptée.

 

Ça relâcherait un peu de pression autour de lui, lui permettrait pendant les quelques semaines à venir de se consacrer à sa mission, et il sortirait in fine grandi de cette mise à mort programmée. Qu'il laisse ensuite le temps à la bête de se dégonfler et il pourrait même revenir plus fort en 2012.

 

Aura-t-il la clairvoyance de faire cette retraite tactique ? Rien ne le garantit. Hélas !

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. OmbreduZ dit :

    Je trouve cette analyse très pertinente, ce qui est fort rare sur ce sujet depuis son point de départ le 15 juin dernier.

    Je pense qu'Eric Woerth aura la sagesse et l'intelligence de démissionner une fois la loi adoptée. D'une part pour souffler, il en a bien besoin, ensuite, pour laver son honneur et la justice lui rendra raison.

  2. Oscar dit :

    En français, on écrit "déconnexion" et non "déconnection".

  3. I'm typically to running a blog and i actually respect your content. The article has really peaks my interest. I'm going to bookmark your web site and hold checking for new information.

Laisser un commentaire