Grâce à Nicolas Sarkozy, Google va investir en France !

On sait que le Président de la République, Nicolas Sarkozy, n'est pas un afficionados du web (au sens utilsation de tous les jours) et que certains des ministres du Gouvernement ont encore du mal à comprendre la portée et le pouvoir d'internet, mais quand il s'agit de défendre la France et de séduire les investisseurs, Nicolas Sarkozy gagne les parts de marché au nez et à la barbe des autres pays.

 

 

Jugez plutôt :

 

 

Aujourd'hui, à 12h30, il a rencontré, sans Nathalie Kosciusko Morizet, Secrétaire d'Etat à l'économie numérique, Eric Schmidt, l'un des fondateurs de Google avec lequel il a trouvé les accords suivants :

 

 

– Google va créer un centre de recherche et développement qui va attirer les meilleurs ingénieurs mondiaux en France.

 

 

– Google va aussi créer un Institut Européen de la Culture à Paris. , où seront centralisés les projets culturels européen de Google. Piloté par des personnalités, cet institut, première mondiale, centralisera tous les projets culturels européen de Google.

 

 

– Google va aussi investir dans les universités françaises en financant des programmes de recherche liés à Internet.

 

 

– Enfin, Google a proposé de mettre au point un programme d’aide aux start-up et aux PME françaises (formations, mise à disposition de savoir-faire, outils technologiques, e-commerce).

 

 

Ainsi, la question se pose de savoir si la vraie bagarre du net ne réside pas dans la captation des budgets et des emplois plutôt que dans le commentaire de l'opinion.

 

 

Avec Sarkozy, la France est devenue le pays le plus attractif d'Europe pour la R&D, avec les meilleures incitations fiscales (Crédit Impot Recherche), les meilleurs universités (plan Campus, autonomie des universités grâce à laquelle Google va pouvoir mettre de l'argent, pôles de compétitivité) et les meilleurs talents (cocorico pour nos ingénieurs). L'image de la France a commancé à changer aux yeux des grandes sociétés mondiales.

 

 

Oui, c'est Sarkozy qui a personnellement pris en main le dossier, en rencontrant les fondateurs de Google (Larry Page en mai et Eric Schmidt aujourd'hui). Entre les deux rendez-vous, Google a revu sa stratégie d'implantation eu Europe. Ils cherchaient à implanter un nouveau centre de R&D, beaucoup de pays étaient dans la course. Sarkozy les a tous pris de vitesse en établissant un rapport direct et personnel avec les deux dirigeants de cette firme à qui il a expliqué les bienfaits de la France.

 

 

Dans ce contexte, Nicolas Sarkozy a joué son rôle de Président de la République et a montré que la France est à la pointe des investissements dans les nouvelles technologies.

 

 

Source : http://mry.blogs.com/les_instants_emery/2010/09/nicolas-sarkozy-fait-investir-google-en-france-.html

On vous recommande

A propos de l'auteur lusurleweb

3 réactions à “Grâce à Nicolas Sarkozy, Google va investir en France !”

  1. Google est une entreprise privée américaine; pas une oeuvre de bienfaisance au service de la communication de l'UMP.

    Si Google investit en France, c'est au choix :

    – Parce qu'ils l'ont décidé eux-mêmes. Après tout, nos ingénieurs sont qualifiés. Dans ce cas, Sarkozy se fait juste mousser. Classique

    – Ou parce que pour se payer le coup de comm, Sarko a attiré Google en promettant des exonérations de taxes… Bref, encore un coup de comm pour sa pomme, financé par le bon peuple.

  2. Faudrait commEncer par écrire en bon français avant de lécher le train du nabot Léon. C'est vrai que depuis le "casse-toi pôv' con" tous les intello de la planète se bousculent pour mettre des billes en France, un pays où ça sent bon le respect et le raffinement.

  3. Hey There. I found your blog using msn. This is an extremely well written article. I’ll make sure to bookmark it and come back to read more of your useful information. Thanks for the post. I’ll certainly return.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.