/>

Strauss-Kahn et le FMI soutiennent la réforme des retraites

Rédigé par didoulefou (24actu) le 08 octobre 2010.

Dominique Strauss-Kahn, a beau être le favori du Parti socialiste pour la présidentielle de 2012, il n’en demeure pas moins directeur du Fonds monétaire international. A ce titre, il a plébiscité la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy que son parti combat pourtant farouchement.


Que dira DSK des rapports du FMI s’il devient candidat du PS ? Les socialistes, qui ont promis de revenir à la retraite à 60 ans vont-ils apprécier que l’un des deux candidats probables du parti soutienne avec enthousiasme une réforme dont ils ont fait leur principal cheval de bataille ?


Selon un rapport du FMI paru jeudi, les réformes menées par un certain nombre de gouvernements européens, dont la France, vont dans le bon sens. Selon les troupes de DSK, l’allongement de la durée de travail est la seule voie possible pour réduire les déficits.


«Une hausse de deux ans de l’âge légal de la retraite suffirait à stabiliser la part des dépenses pour les retraites dans le PIB à son niveau 2010 sur les deux prochaines décennies», précise le rapport.


L’organisme dirigé par l’éléphant socialiste se montre même particulièrement élogieux à l’égard de la réforme française qui permettra de relever l’âge légal de la retraite du pays “qui est actuellement l’un des plus bas du monde”.


Le Parti socialiste montre en tout cas une fois de plus son incommensurable hypocrisie. En combattant une réforme qu’ils savent indispensables et en s’apprêtant à choisir pour candidat un homme approuvant cette réforme mais qui devra faire malgré tout campagne contre.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. michelle dit :

    Mr Strauss Kahn, je voterai socialiste, mais pas vous. On ne vous a pas entendu ces derniers jours seulement pour nous dire ça ! Bien sûr qu'il y a besoin d'une réforme, mais pas comme ça. Sarko vous a bien bouché le bec en vous soutenant à votre poste au F.M.I.

    Qu'avez vous pour lui de la reconnaissance ?

  2. […] Anne Sinclair a affirmé que le FMI et a fortiori son mari, n’avaient pas soutenu, comme un rapport l’indique, la réforme menée par le gouvernement […]

  3. […] Le DSK, lui, il avait carrément trouvé ça formidable. […]

Laisser un commentaire