/>

Sécurité : un élu PS dénonce la vision “bisounours” du parti

Rédigé par lateigne (24actu) le 12 octobre 2010.

Scène hallucinante lors d’une réunion sur la sécurité au parti socialiste. Au milieu des traditionnels discours anti-Sarko, Abdelhak Kachouri, vice-président de la région Île de France s’en prend à la vision “bisounours” du PS sur l’insécurité. Face à “l’angélisme” socialiste, il “n’est pas certain que Sarko se plante”.


L’incident se produit lors des universités d’été du parti à La Rochelle. Après une intervention convenue de Jean-Jacques Urvoas, chargé par Martine Aubry de préparer le programme du PS sur l’insécurité, qui affirme qu’il ne croit pas “que la sécurité (soit) la première des libertés” et que la politique de Nicolas Sarkozy “est incendiaire”, Abdelhak Kachouri prend la parole.


“Je le dis ici en toute tranquilité, je ne peux plus aller dans des quartiers qui m’ont vu naître parce qu’aujourd’hui nous sommes confrontés à une autre sorte de délinquance”, commence-t-il, visiblement ulcéré par les propos de Jean-Jacques Urvoas.


“Les visions angéliques et les comportements de bisounours c’est vachement bien dans les meetings et dans les réunions publiques. Je vous assure que nous on a fait une campagne de proximité chez l’habitant et je peux vous assurer que s’il y a une élection demain, je ne suis pas certain que Sarko se plante sur les questions de sécurité”, lâche-t-il devant ses camarades sidérés.


Les faits sont têtus et la réalité du terrain s’imposent même aux caciques du PS…

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Renaud Sarrabezolles dit :

    La manière de présenter les choses dans votre article est tendancieuse, tout comme l'est le montage du reportage qui est fourni en appui.

    J'ai personnellement assisté à cet atelier à La Rochelle. Les propos de jean-Jacques Urvoas repris dans la vidéo ont été prononcés au début de l'atelier, Abdelhak Kachouri est intervenu quant à lui à la fin de l'atelier, plus d'une heure après les propos de Jean-Jacques Urvoas. Il est donc faux de les présenter comme une réponse.

    Sur ces questions, au cours de cet atelier, l'ensemble des intervenants étaient d'accord, y compris Jean-Jacques Urvoas et Abdelhak Kachouri.

  2. […] pour ridiculiser la droite « molle », par cette même droite face à la gauche, et par des socialistes contestataires en direction de leurs camarades. En 2002 et 2007, ils disaient […]

Laisser un commentaire