/>

Retraites : que veulent les grévistes et les syndicats ?

Rédigé par didoulefou (24actu) le 13 octobre 2010.

Le gouvernement et Nicolas Sarkozy ne peuvent pas se permettre politiquement de revenir sur la réforme des retraites (indispensable de toute façon à la survie du système par répartition). Qu’espèrent alors les grévistes et les syndicats qui poussent à une radicalisation du mouvement ?


Des coups de rabots sur certains points secondaires du projet ? Compte tenu du fait que Nicolas Sarkozy a clairement fait savoir qu’il ne lâcherait pas sur les deux mesures phares de la réforme (retraite à 62 ans et retraite sans décote à 67 ans), on ne peut pas croire que les syndicats fassent le choix du pourrissement et de la paralysie pour quelques aménagements à la marge.


Les centrales syndicales, dont la direction est confrontée à une base qui s’est radicalisée depuis le mouvement de 1995, sont obligées de donner des gages à leurs troupes et à entretenir l’atmosphère de “Grand Soir” qui plait aux militants de SUD ou de la CGT.


Compte tenu des échéances électorales professionnelles qui approchent, c’est en effet surtout une partie de leur crédibilité mobilisatrice que jouent les Thibaud, Chérèque et autre Mailly.


Une attitude trop molle de leur part ferait le jeu des candidats dissidents qui dans chacune de leurs centrales sont bien décidés à prendre leurs places. Des candidats dissidents qui n’ont aucun mal à prôner le jusqu’au boutisme et le clash avec le gouvernement.


De peur d’être débordés sur leur gauche, les patrons des grands syndicats jouent donc la radicalisation, non pas dans l’espoir de faire bouger une réforme qui est déjà largement entérinée (s’ils avaient voulu faire pression ils s’y auraient pris plus tôt, notamment lors du débat législatif) mais pour amuser la galerie.


Ils se lancent d’ailleurs à reculon dans cette stratégie de blocage. Ils savent que si un mouvement d’ampleur assurera à leur majorité de bons résultats lors des prochaines élections syndicales, ils ont également conscience que c’est une part de leur capacité à convaincre qui va en prendre un coup avec ce tout pour le tout.


Lorsque les syndicats auront fait étalage de leurs forces en mettant dans la rue des millions de personnes et en paralysant la France et que le gouvernement (comme il est tout à fait en droit de le faire) ne fléchit pas, c’est toute la logique de dissuasion syndicale depuis le Front populaire qui risque d’en prendre un coup…

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. jacquotte dit :

    il n'y qu'en France que l'on fait grève, les français sont des veaux et la gauche hypocrite

    car il vaq falloir faire une réforme tôt où tard comme la gauche veut gagner les élections en 2012 elle fait des promesses qu'elle ne pourra tenir et ce qui est inadmissible c'est les lycéens dans la rue autrefois les écoles, les collèges et les lycées ne faisaient pas de politique et n'allaient pas manifester dans la rue la France s'enfonce si l'on continue et prendre les usagers en otage c'est grave

  2. slootie dit :

    "Des coups de rabot sur certains points du projet" – "mouvement d'ampleur nécessaire à leur majorité…"- Sarkozy ne lachera pas"…

    Donc, il est trop tard pour manifester afin de faire plier le gouvernement sur la réforme. Tout a été joué entre les partenaires sociaux et le gouvernement depuis quelque temps déjà.

    Toute ce désordre dans les rues n'est là que pour assoir la puissance des syndicats et la réelection de leurs dirigeants.

    Tout cela chaque manifestant le sait, alors qu'est-ce qu'il fait dehors à crier son mécontentement? Le manifestant est bien obligé de passer par les dirigeants de son syndicat pour exprimer son désaccord.

    Ces manifestations contre la réforme des retraites ne sont pas qu'un dernier coup pour la gloriole,elles sont bien là pour montrer

    le ras-le-bol et le désaccord général face aux décisions du gouvernement.

    Il est dit partout que le français est le roi de la grève, c'est oublié que la France est le pays où les avancées sociales sont importantes, et qu'elles n'ont pu se faire qu'en descendant dans la rue avant de pouvoir s'installer autour d'une table.

    Non les français ne sont pas des veaux, ils l'ont montré au cours de leur histoire et le montrent chaque jour.

  3. ienfrance dit :

    un jour ou l'autre vos grèves ne marcheront plus…Avant, au Royaume Uni, les gens faisaient grève, les syndicats avaient tout le pouvoir….et Thatcher est arrivée et a supprimé tout ça…A force de faire grève, vous allez perdre tous vos droits. La grève n'est efficace que quand ce n'est pas souvent et que ce que l'on défend est changeable. La réforme est inévitable, donc tout ce que la grève va faire c'est mettre en danger les droits des français – Bravo!

  4. demoisson dit :

    j'espére que tous les syndiquats serons a méme de dedommager toutes les petites entreprises qui aurons été obligés de mettre la clef sous la porte et de payer le chomage des gens qui aurons perdu leur emploi du fait de leur obstination a bloquer notre pays qui n'a déja pas une économie florissante ,ne révez pas ,qui paieras la casse ,toujours les petits !!!le droit de gréve n'est pas le droit d' emmerder tous le monde ,les autres ont autant de droit que vous messieurs de la CGT ou CFDT ou FO et AUTRES

  5. […] le lancement de la protestation, nous nous posions la question des motivations des dirigeants syndicaux. Et une fois de plus, l’intérêt (réel) des travailleurs n’a pas fait le poids face […]

Laisser un commentaire