/>

Sacrifier le bouclier fiscal pour sauver les retraites ?

Rédigé par didoulefou (24actu) le 15 octobre 2010.

Nicolas Sarkozy est-il en train de préparer l’opinion à un troc entre bouclier fiscal et réforme des retraites ? Face aux contestations syndicales contre la réforme-phare de son quinquennat, le président semble lancer des ballons d’essai pour une suppression du bouclier fiscal. Politiquement malin, symboliquement dommage…


En affirmant dès le début de son mandat qu’aucun contribuable ne verserait plus de 50% de ses revenus au fisc, Nicolas Sarkozy avait frappé un grand coup dans la tradition fiscale ultra-gourmande de la France. Un signal positif vers un État moins vorace…


La crise, les vieux démons socialisants des Français et une mauvaise pédagogie sont passés par là… et le bouclier fiscal est devenu comme l’a justement déclaré le ministre du Budget François Baroin, “un symbole d’injustice” aux yeux de l’opinion plutôt qu’un symbole de l’État responsable qui pressurise moins les contribuables.


Les Français n’aiment pas l’argent et les riches. Le bouclier fiscal étant destiné aux plus fortunés, il est devenu au fil des mois la cible des attaques de la gauche et des médias qui dénonçaient le “cadeau” du gouvernement aux riches.


En fin politicien, Nicolas Sarkozy trouve le meilleur timing pour se débarrasser de ce fardeau qui leste son discours politique, tout en asseyant dans le même temps une réforme centrale de sa vision et de son action politique.


Les syndicats et les médias qui savent que la réforme des retraites passera (même en force) se satisferont peut être de cet os à ronger qui simplifiera aussi la vie de la majorité à l’approche des présidentielles de 2012.


Beau coup politique, mauvais message envoyé aux investisseurs et aux contribuables : ils demeurent la variable d’ajustement de la politique française.

Laisser un commentaire