Toussaint : la mobilisation lycéenne à l’épreuve des vacances

Le formidable mouvement de contestation “citoyen” et “solidaire” des lycéens contre la réforme des retraites va-t-il résister aux vacances de la Toussaint ? Les adolescents français se laisseront-ils instrumentaliser pendant leurs congés comme ils le font si volontiers pour sécher des cours ?


A lire les médias, on pourrait croire que les lycéens qui manifestent, brulent des voitures et cassent des magasins, sont habités d’une conscience civique inébranlable qui les pousse à faire le choix raisonné de la “lutte” contre la “casse sociale”.


Maintenant qu’ils ont quitté leurs salles de cours pour une semaine, ces jeunes conserveront-ils leur flamme militante ? Il y a de quoi en douter… Les grèves et les manifs c’est quand même mieux en dehors des vacances scolaires.


Le parti socialiste et les syndicats, qui ont littéralement jeté ces jeunes (souvent mineurs) dans la rue savent aussi bien que quiconque qu’il n’y aura guère de lycéens pour manifester cette semaine.


Le véritable enjeu est de savoir si après cette coupure, les jeunes reprendront le chemin des cours ou repartiront dans la rue protester après une semaine de vacances bien méritée…

On vous recommande

A propos de l'auteur lateigne (24actu)

4 réactions à “Toussaint : la mobilisation lycéenne à l’épreuve des vacances”

  1. faudrait dire aux jeunes, qu'ils arretent de croire de vieux syndicalistes qui les utilisent pour préserver la retraite des vieux d'aujourd'hui…

    car dans 40ans quand ils seront à la retraite, ben il y en aura plus de retraite car les vieux d'aujourd'hui auront vidé toutes les caisses.

    1. En France, ce ne sont pas les vieux qui vident les caisses de retraites mais le grand patronat et l’Etat qui ne paient pas régulièrement leurs cotisations qu’ils osent appeler des charges.

  2. J'en reviens pas; j'ai lu quelques uns de vos articles et je n'y ai trouvé AUCUNE OBJECTIVITÉ. Retournez à l'école de journalisme mon vieux!

  3. La manipulation c’est de vous servir d’idées fausses mais bien répandues, de clichés, pour faire accepter sans argumenter vos propos réactionnaires. C’est de la malhonnêteté intellectuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.