Conseil Economique et Social : le poids mort de la République

En cette période d’austérité budgétaire, la question de la suppression du Conseil Économique et Social, gouffre sans fonds de dépenses inutiles, est plus que jamais d’actualité. Le député Hervé Mariton la souhaite.


A quoi sert donc la troisième chambre de notre République ? A assurer la concertation entre les différents corps de la société ? Vaste blague… Tout le monde sait que le CES n’est qu’un placard doré pour pistonnés en tous genres.


Le rôle de cette institution est tellement proche du néant que les seules fois que l’on en parle dans l’actualité, c’est justement pour demander sa suppression. Le reste du temps, une poignée de privilégiés se la coulent douce avec l’argent du contribuable.


Voilà une réforme qui plairait aux Français ! Supprimer ce corps intermédiaire qui coûte très cher et ne sert à rien sinon à s’offrir une clientèle. La République du XXIe siècle n’en est plus là…


Hervé Mariton plaide pour la suppression et a des mots très durs envers l’institution. “Le CESE est un rite, qui ne rebondit sur rien et qui ne transmet rien de ce qu’il entend”, avant de préciser que le gouvernement ne l’a saisi qu’à deux reprises en 2009 !


Pour rappel, chaque membre du CES perçoit une indemnité mensuelle de 3700 euros bruts par mois… tout ça pour “écrire des rapports qui ne sont lus par personne”.

On vous recommande

A propos de l'auteur patsoul (24actu)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.