Déchêts nucléaires : la prise d’otage des fascistes verts

Les fanatiques écologistes nous ont refait leur coup préféré en bloquant un convoi de déchêts nucléaires. Enchainés aux rails, ils se font passer pour des victimes alors même qu’ils se comportent en voyous et bafouent les lois républicaines.


S’ils souhaitent que la France renonce au nucléaire, que les militants anti-nucléaires l’expliquent aux Français, les convainquent… et gagnent des élections. Cela dépasse sans doute ces véritables fascistes verts qui ne réfléchissent qu’en terme « d’opérations coups de poings », mais c’est ainsi que fonctionne une démocratie.


Obstruer la voie publique. S’opposer aux forces de l’ordre. Mettre en danger un convoi sous protection. Cela n’a rien à voir avec une conscience écologique ou une mobilisation citoyenne : ce sont des méthodes de chemises brunes qui ont pour seul but d’impressionner l’opinion publique et de lui faire peur pour l’empêcher de réfléchir.


Pourquoi les écolos préfèrent-ils bloquer des convois de déchêts nucléaires plutôt que de participer à un débat rationnel et factuel sur le nucléaire ? Parce qu’ils le perdraient et qu’ils le savent très bien !


C’est facile d’utiliser des méthodes de propagande pour diffuser la peur, mais c’est une autre histoire de convaincre les Français que le nucléaire est dangereux alors qu’il n’y a jamais eu d’incident d’envergure dans notre pays… Que c’est polluant quand tout le monde sait qu’il s’agit de l’énergie la plus propre qui soit….


Le nucléaire a surtout permis à la France, sous l’impulsion du général De Gaulle, de limiter sa dépendance aux produits pétroliers importés… et notre pays est toujours aujourd’hui en pointe dans ce domaine, malgré les blocages des anti-nucléaires.


Ce qui rapproche les anti-nucléaires s’enchainant à des rails, des fascistes des années 1930 ? Les méthodes bien sûr, mais aussi cette idéologie inébranlable qui leur tient lieu de religion et qui empêche tout débat constructif avec eux.

On vous recommande

A propos de l'auteur lateigne (24actu)

5 réactions à “Déchêts nucléaires : la prise d’otage des fascistes verts”

  1. Quelle est la différence entre les verts et une tomate?

    Contrairement aux tomates ils ont étés rouges avant d'être verts

  2. Le programme électro-nucléaire n'a fait l'objet d'aucun référendum, ni même d'un débat parlementaire, depuis les dizaines d'années qu'il est mis en oeuvre par l'Etat… D'autres questions ?

  3. à Aude

    1) il n'y a jamais eu de référendum sur le nucléaire, certes, mais il n'y en a jamais eu non plus sur le charbon, le gaz, les éoliennes, les panneaux photovoltaïques…et personnellement je trouve qu'organiser un référendum sur ces sujets serait de la pire démagogie

    2) contrairement à ce que vous affirmez, il y a eu des débats parlementaires, suivi de votes majoritairement favorables, au moment du lancement du programme nucléaire (Messmer), ainsi qu'à chaque étape importante (par exemple en 1982 après l'arrivée des socialistes au pouvoir)

  4. Référendum sur le Nucléaire ? CHICHE !!!

    Mais on devra bien expliquer aux consommateurs que si on doit arrêter la production électrique via le Nucléaire on devra nécessairement passer par un retour au "bon vieux" thermique.

    Conséquences ? Explosion des taux de carbone (bah oui le thermique c'est le charbon le combustible !!!), importation massive de charbon des pays de l'est (merci le bilan carbone) et surtout… explosion des coûts donc des prix de vente !!

    Regardez donc en Allemagne où même les ayatollahs écolos commencent à ouvrir la porte au nucléaire…

    Le Nucléaire n'est peut-être pas la panacée. Mais jusqu'à preuve du contraire il est le moyen de production le plus écologique et le plus économique.

Répondre à Fernand Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.