/>

Police et Gestapo : la comparaison nauséabonde d’un juge

Rédigé par lili-du-bassin le 06 novembre 2010.

Un juge a comparé en pleine audience la police nationale de 2010 à la Gestapo des Nazis. Un parallèle nauséabond qui choque à juste titre les syndicats de police et la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, qui a ordonné l’ouverture d’une enquête.


La dérive journalistique qui consiste sans cesse à comparer la France de Nicolas Sarkozy à l’époque nazie, a hélas des répercussions sur le bon fonctionnement de notre société.


A tel point qu’un substitut du procureur de Bobigny n’a pas vu de problème à comparer les services de police de notre Etat démocratique aux sbires du nazisme, chargés notamment de rafler des familles juives.


“La police française, ça ressemble un peu à la Gestapo dans ce dossier”, a déclaré l’homme de loi lors du procès de sept policiers mis en cause pour avoir accusés à tort un homme afin de justifier une course-poursuite.


Si ces faits sont établis, ils sont indignes de la police nationale, mais n’ont rien à voir avec les méthodes et l’idéologie de la police hitlérienne. La ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie a ordonné l’ouverture d’une enquête pour faire toute la lumière sur ces déclarations.


Au-delà, il serait temps que cessent les comparaisons faciles entre notre société libre et démocratique et la Seconde guerre mondiale. Laissez donc dans leur placard ces “heures les plus sombres de notre histoire” que vous ressortez à tout bout de champ. Ce n’est pas faire honneur à la mémoire des victimes du nazisme que de les utiliser dans des parallèles futiles…

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. Annie dit :

    Un faux témoignage dans un procès-verbal rédigé par un policier est un faux en écriture publique. C'est une infraction criminelle qui relève de la Cour d'assise.

    Ces policiers ont mis en cause injustement une personne pour se couvrir de leur propres fautes. Cela pourrait arriver à n'importe qui. Cela arrive d'ailleurs en matière de rébellion.

    Il faut donc être cohérent. Soit on accepte une police violente qui fait n'importe quoi, soit on dénonce des actes qui mettent gravement en danger le fonctionnement démocratique des institutions.

    Nous avons donc une association de policiers qui se sont entendus pour commettre une infraction criminelle sapant la confiance de l'opinion dans sa police et sa justice et les syndicats crient au scandale.

    Ce sont eux qui sont scandaleux.

    Il est dommage que la Garde des Sceaux n'ait pas réagi avec la même diligence à l'égard du procureur Courroye dans l'affaire Bettencourt. Mais aucun policier n'était en cause. Ceci explique peut être cela.

  2. lili du bassin dit :

    On essaie pas de détourner l"attention ni de noyer le poisson madame, à l'heure ou on porte plainte contre un ministre pour n'importe quel mot "Off" mal interprété, les paroles d'un juge prononcées en audience publique doivent aussi être irréprochables.

    Cela vaut aussi pour les juges de gauche du syndicat de la magistrature.

    Merci quand même de porter attention a ce site d'information véritable.

  3. Information v&eacute dit :

    "site d'information véritable" dites vous ?

    Bien, déjà un vice-procureur n'est pas un juge et faire le confusion (mentir serait plus juste) à ce sujet jusque dans le titre de l'article est bien plus douteux que la dérive que vous reprochez aux médias traditionnels ( qui n'oseraient pas écrire que la Gestapo était la police du troisième Reich, vu qu'elle n'en était "que" la police politique ).

    Le ton outrageusement partisan de cet article est comique (le fait que la France ait pour président N. Sarkozy n'en fait pas "la France de Nicolas Sarkozy", surtout avec moins d'un tiers d'opinions favorables).

    Enfin, si dans votre commentaire ci-dessus vous faites allusion à B. Hortefeux, sachez qu'il a été condamné pour injure non publique envers un groupe de personnes en raison de leur origine. Hé oui, ce n'est pas parce que c'est off que c'est légal. Arf encore un coup des juges de gauche …

  4. Pierrot Gourmand dit :

    Comparaison n'est pas raison : Le Policier qui a réalisé un faux en écriture doit être radié des effectifs. Le Vice-Procureur (il a du se prendre pour Saint Just…)qui s'est crû intelligent de généraliser à toute une corporation la faute de ce Policier, doit également être radié.

    Et vous allez voir que si ce Vice-Procureur est radié on criera une nouvelle fois au complot, à l'atteinte aux valeurs de la Démocratie.

    Je n'ai qu'un mot : Dehors le Policier et dehors le Vice-Procureur !

  5. FANTAGARO dit :

    Des policiers mentent…

    Des policiers portent atteinte au droit de propriété et on devrait dire Amen???

    C est une démocratie??

    Heureusement un seul syndicat de policier s est dit choqué! un seul sur combien??

    LE POLICIER N EST PAS SUPERIEUR AU LOI!!!!!

  6. GERSELINDE dit :

    La justice française dans toute sa noirceur. Si les policiers ont réellement commis une faute, qu'ils soient jugés équitablement et selon LA loi, pas selon les délires d'un juge bobo anti flics. Cette caste de négligeurs de justice sait salir police, mais est responsable de la montée de la délinquance et du taux de récidive. Alors qu'elle balaye devant sa porte. J'espère que ce juge sera sanctionné comme il le mérite.

Laisser un commentaire sur Pierrot Gourmand