/>

Coton de s’habiller en 2011 !

Rédigé par kirikoo le 09 novembre 2010.

La hausse des cours du coton ne vont pas faire plaisir à ces dames !

 

La semaine dernière, des manifestations ont eu lieu au Bangladesh. Des travailleurs demandent la hausse de 80% du salaire minimal qui devait entrer en vigueur. Là aussi, ces revendications ont un impact sur le prix de fabrication des vêtements. Une augmentation des salaires des ouvriers n’a pas autant d’impact sur les prix, c’est cela qui est fou! La main-d’œuvre est une toute petite partie des coûts de production alors que la matière première comme le coton représente près de la moitié de ces derniers.

 

De plus, le coton fait partie des cultures dont les coûts de production sont élevés par rapport à ce qu’il rapporte aux cultivateurs des exploitations cotonnières. Dans les pays en développement, ce secteur est délaissé par les jeunes producteurs car trop de coûts, ce qui n’arrange rien à l’affaire…

 

Les cours ont augmenté de près de 88% depuis le début de l’année, mais ce n’est pas tout. Une demande restée faible en 2009, un niveau des stocks bas et des mauvaises récoltes cette année (sécheresse au Brésil et inondations au Pakistan et en Chine) expliquent ces augmentations à venir. Cela représentera en moyenne 5 à 10€ de plus pour un jean de marque. Alors coup dur sur le marché du textile ? Pas tout de suite en tout cas, car la plupart des collections pour début 2011 ont déjà été produites. « Pour l’instant, les enseignes absorbent cette hausse dans leurs marges. Mais elles ne pourront bientôt plus le faire. L’augmentation des prix est inévitable », assure Jean-Marc Génis, président de la Fédération des enseignes d’habillement. La valse des étiquettes n’est pas loin, ce sont surtout les vendeurs de vêtements bon marché qui vont trinquer, car leur marge est très faible.

 

« La hausse du coton s’explique par la baisse de la production mondiale mais aussi par la croissance du marché domestique chinois. Il faut donc une augmentation de la production de coton, ce qui devrait être possible notamment au Brésil qui a une grande capacité de production », explique Hubert du Potet, délégué général de l’UIT (Union des industries textiles) Coton-Laine.

 

Cette hausse de prix pourrait avoir un impact sur le mode de consommation des gens. Peut-être arrêterons-nous de « consommer pour consommer ». Cela permet de prendre conscience que ces vêtements ne tombent pas du ciel ! Ces dernières années, les consommateurs s’étaient habitués à voir le prix des habits baisser, délocalisations et concurrence accrue obligent.

 

Cette tendance haussière ne devrait pas se relâcher dans les années à venir, une opportunité pour le coton bio, peu touché par l’explosion des prix…

Déjà une remarque sur cet article

  1. I do agree with all the ideas you've presented in your post. They're very convincing and will certainly work. Still, the posts are very short for beginners. Could you please extend them a little from next time? Thanks for the post.

Laisser un commentaire sur Celeste Papaleo