Révolte contre Eric Fottorino, directeur servile du Monde

Les périodes de passation de pouvoir sont toujours d’excellents moments pour mettre à jour les bassesses des hommes. Les journalistes et employés du Monde en savent quelque chose eux qui ont vu leur patron ramper devant les nouveaux propriétaires du journal et jetter aux génomies l’héritage de la publication.


Eric Fottorino est manifestement plus doué pour écrire des éditoriaux creux que pour soutenir ses équipes. A la suite du rachat du Monde par le trio Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, le directeur du journal a souhaité faire place nette et s’est fendu d’un éditorial pour faire table rase du passé…


Un passé que les journalistes de cette institution ne souhaitent pas voir passer au flammes de l’oubli pour satisfaire les nouveaux propriétaires du plus célèbre quotidien français.


C’est donc par une lettre ouverte qui lui ont fait savoir que le procédé ne leur convenait pas et que personne, hormis Eric Fottorino, ne désirait s’absoudre de quelque passé que ce soit… sans renier un certain nombre d’erreurs.


Et si derrière cette bataille pour le contrôle de la “mémoire” du journal, se cachait en réalité une lutte de pouvoir intestine pour se positionner face à la nouvelle direction. Une nouvelle direction qui n’a pas encore précisé si elle escomptait procéder à un plan social.

On vous recommande

A propos de l'auteur sachab (24actu)

2 réactions à “Révolte contre Eric Fottorino, directeur servile du Monde”

  1. On s'en fout de ce qui se passe au Monde, ce journal qui se veut l'equivalent francais du Times mais qui est en fait un vrai journal de gauche anti-sarkosyste comme tant d'autres. Maintenant financé pat Pierre Bergé, le contributeur de Ségolène Royale.

    le monde faute de lecteurs finira au mieux comme encart dans Libé ou pire dans l'Huma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.