DSK rompt son devoir de réserve par la bouche d’Anne Sinclair

Le directeur du Fonds Monétaire International et possible cnadidat à la candidature socialiste Dominique Strauss-Kahn a envoyé son épouse Anne Sinclair à Paris pour dire tout haut ce qu’il a obligation de taire… Le devoir de réserve brisé pour préparer son retour ?


Ce n’est pas l’ancienne journaliste auxquels ont eu droit mercredi soir les spectateurs du Grand Journal, mais bel et bien une porte-parole de Dominique Strauss-Kahn, donnant bons et mauvais points et pavant la voie à un come-back du patron du FMI.


Si elle a affirmé en début d’interview qu’elle ne souhaitait pas parler de son époux, elle n’a pourtant fait que ça. Un exercice intéressant pour un observateur politique qui permet de lire entre les lignes de la stratégie de DSK.


Sur l’opposition à Nicolas Sarkozy et à la réforme des retraites, Anne Sinclair a affirmé que le FMI et a fortiori son mari, n’avaient pas soutenu, comme un rapport l’indique, la réforme menée par le gouvernement français.


Elle enchaine sur les enjeux du PS. “Il faut être tordu pour penser que Dominique n’est pas de gauche”, rétorque-t-elle aux nombreuses voix socialistes qui trouvent DSK trop à droite et ne s’imaginent pas convier leurs espoirs au patron de la première institution libérale du monde.


Une fois l’exercice de déminage à droite et gauche terminé, Anne Sinclair se lance à l’assaut. De Sarkozy et d’un climat “violent” d’abord, des socialistes radicaux surtout qui viennent de proposer un programme “d‘égalité réelle” qui ne plait pas aux réformistes du parti.


“Je crois qu’il n’y aura plus un homme politique qui pourra venir promettre la Lune, parce que les gens n’y croiront pas. Les hommes politiques de demain, ce sont les hommes politiques qui diront la vérité”, a-t-elle conclu dans une pique à peine masquée à Benoît Hamon et Martine Aubry.

On vous recommande

A propos de l'auteur didoulefou (24actu)

3 réactions à “DSK rompt son devoir de réserve par la bouche d’Anne Sinclair”

  1. oui, nous attendons son mari, il va nous dire la vérité sur la retraite à 62, 65, 67 ans… il nous dira aussi la vérité sur la retraites des parlementaires et sur les privilèges dont bénéficient son ami Sarkozy qui l'a propulsé à la tête du FMI… Rappelons que la vérité n'est

    tjrs bonne à dire et qu'elle reste souvent zu fond du puits…

Répondre à keke Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.