Mayenne : les racailles de banlieue sèment la terreur au collège

Choc des cultures ? Quatorze sauvageons de banlieue, envoyés dans un collège de Mayenne pour une période d’un an, n’auront mis qu’une journée à semer le chaos, agresser les autres élèves… et se faire renvoyer à leur 9-3 natal.


Les parents d’élèves du collège de Craon n’auront mis qu’une journée pour demander l’arrêt de l’expérience de réinsertion pour lequel ils s’étaient portés volontaires. Pas si facile de gérer des racailles désocialisées, inventeurs d’une “délinquance de loisir” qui n’a pour tout but que de “foutre la merde”.


Un professeur témoigne : “des élèves ont reçu des giffles et des coups de pieds de manière tout à fait gratuite. On a senti un mouvement de panique chez les collégiens. Cela devenait incontrôlable. En dix ans d’enseignement ici, je n’avais jamais vu ça…”.


A force de dénoncer les “amalgames et la stigmatisation de la banlieue” et de traiter de raciste toute personne faisant un lien entre immigration et délinquance, les médias et l’élite politico-culturelle ont rendu la société française totalement autiste aux vrais problèmes des quartiers sensibles.


A tel point que des parents d’élèves de Mayenne, aveuglés par la propagande pro-banlieue, ne réalisent pas le danger pour leurs enfants à les scolariser avec ces sauvageons qui ne connaissent pour tout code social que la violence.


Leur volonté de bien faire et de venir en aide à des enfants présentés comme “victimes” à longueur de journaux,s’est heurté au mur de la violence et a semé une sacrée pagaille. Les “victimes” ont montré qu’ils savaient donné des coups… gratuitement.


Et pourtant, in fine, victimes ils le sont, ces adolescents sans repères ni boussoles. Mais c’est leur faire un bien drôle de cadeau que de les conforter dans ce statut. La réinsertion et la re-socialisation de nos racailles de banlieue ne passera pas par les alibis déresponsabilisants, mais par la discipline et l’apprentissage des valeurs et des codes de la société.


L’occasion de rappeler la (seule) bonne idée de Ségolène Royal, unique femme politique à avoir eu le courage de parler d’encadrement militaire des adolescents délinquants. Un encadrement qui semble plus que jamais nécessaire.

On vous recommande

A propos de l'auteur lateigne (24actu)

3 réactions à “Mayenne : les racailles de banlieue sèment la terreur au collège”

  1. "Les parents d’élèves du collège de Craon n’auront mis qu’une journée pour demander l’arrêt de l’expérience de réinsertion pour lequel ils s’étaient portés volontaires."

    –>

    Sado-masos? Ils sont vraiment b…ons!

    Patsy

  2. c est pour cela que les tigres ,les lions , les panthères ,sont dans des cages au zoo ,personnes n auraient l idée de leurs rendre la liberté en ville .les socialistes ont cru dompter des arriérés ,aujourd’hui nous en payons le prix d une immigration islamisée qui veulent prendre le contrôle du pays en lâchant leurs chiens de guerre .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.