Mayenne : enquête pour racisme après les agressions de racailles

Rédigé par lateigne (24actu) le 14 novembre 2010.

La société française marche-t-elle sur la tête ? Moins d’une semaine après le passage d’un groupe d’adolescents de banlieue en réinsertion qui ont semé le chaos dans un collège de Mayenne, la gendarmerie a lancé une enquête non pas pour punir les auteurs des agressions, mais contre des collégiens locaux pour des propos racistes rapportés par les banlieusards.


La tartuferie n’a pas de limite. La chasse aux sorcières anti-raciste pousse les forces de l’ordre à abandonner toute notion de bon sens pour réhabiliter une bande de racailles de banlieue, déjà renvoyés de plusieurs établissements scolaires, et qui ont semé la terreur dans un petit collège de Mayenne.


Les sauvageons n’ont eu besoin que d’une journée pour se faire renvoyer chez eux et faire capoter un projet de réinsertion qui devait durer un an. Dès leur arrivée, ils ont transformé le collège où ils étaient accueillis en champ de bataille, frappant gratuitement les malheureux élèves qui se trouveaient sur leur passage.


Une violence symptomatique de la réalité de la jeunesse de banlieue, désocialisée et transformée en bandes de sauvageons prêts à tout pour “foutre le bordel” et se payer des jeunes normaux… qu’ils soient blancs ou pas.


La gendarmerie ferait mieux de consacrer ses efforts à faire penser l’envie à ses racailles de s’en prendre à leurs concitoyens. Encore une fois, seule la sévérité et la discipline peut ramener ces adolescents sur le droit chemin et leur faire accepter les règles de base du vivre-ensemble.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Mayennais dit :

    Bonjour,

    Ayant moi-même un frère résidant dans cet établissement en question. Et ayant moi-même une expérience dans l’établissement en question…

    Je peux vous assurer que ce genre d'insulte "raciste" est assez courante, arrêtons l'hypocrisie, certes il y a eu des événement mais qui ont été conditionné par une isolation drags-tique(heure de récréation décalé, cours décalé, isolé dans un bâtiment à l'étage, traité de manière différente), telle une prison…

    Mais la campagne française connait malheureusement le fléau de l'ignorance apportant préjugés et prolèmes..

Laisser un commentaire