/>

Audrey Poulvar mise au placard : Montebourg défend sa compagne

Rédigé par patsoul (24actu) le 23 novembre 2010.

Samedi dernier, Arnaud Montbourg annonçait officiellement sa candidature aux primaires socialistes pour représenter le parti aux prochaines présidentielles. Quelques minutes après cette annonce, la journaliste Audrey Poulvar, compagne du député socialiste, apprenait que la chaîne Itélé lui retirait l’émission politique qu’elle présentait. Trois jours plus tard, sur le plateau du Grand Journal de Canal +, le désormais candidat à la candidature exprimait son mécontentement quant à la mise au placard de celle qui partage sa vie privée. Coup de gueule justifié ou mauvaise foi ?


Visiblement, Arnaud Montbourg n’aime pas que l’on embête sa copine. Après le retrait par Itélé de l’émission politique de sa compagne, Audrey Poulvar, liée à leur relation et à la fraiche candidature aux primaires socialistes du député, celui-ci a jeté sa verve contre les dirigeants d’Itélé : “Je constate que c’est toujours aux mêmes que l’on demande des certificats de probité” […] “J’ai compris que j’étais le principal défaut d’Audrey Pulvar” s’est-il exclamé, amer, au micro de Michel Denisot.


Depuis quelques années, ces rapprochements entre personnalités politiques et journalistes se sont multipliés, ou du moins leurs officialisations. Anne Sinclair et DSK, Marie Drucker et François Baroin (aujourd’hui séparés), Christine Ockrent et Bernard Kouchner ou encore Béatrice Shönberg et Jean-Louis Borloo ont chacun fait parler d’eux et de leurs histoires d’amour.


Évidemment, ces histoires sont problématiques pour ne pas dire inquiétantes car elles prouvent que les milieux politiques et journalistique sont trop proches, ce qui est toujours un mauvais signe pour la démocratie. C’est sans doute pour éviter de se discréditer un peu plus que les rédactions des médias préfèrent, depuis la courageuse démission d’Anne Sinclair qui jugeaient sa position trop ambiguë pour continuer son émission politique, retirer de la lumières leurs journalistes dont les conjoints sont des personnalités politiques trop importantes. A l’exception de Christinne Ockrent qui refuse d’arrêter son émission sous prétexte que les affaires étrangères ne sont pas en rapport avec son travail, toute ces compagnes de politiciens ont accepté de se retirer des  petits écrans, au moins le temps des campagnes électorales. Il faut reconnaitre à cette espèce de jurisprudence, qui veut qu’une journaliste vivant avec un homme politique de premier plan doit se faire discrète durant les campagnes électorales, une certaine sagesse.


Les français pourraient  facilement développer un poujadisme face à ses couples qui leur font penser que tous les puissants sont liés, que les médias sont manipulés, que les politiciens ne sont plus que des flambeurs courant après des vedettes de télévision… Auraient-ils tort ? Peut être pas, mais une méfiance viscérale du peuple envers le politique et les médias n’est jamais bon signe. A trop vouloir chercher la vérité là où personne ne la voit on fini par trouver le mensonge, l’extrémisme et la haine.


De plus, on ne peut que légitimement se demander si un être humain peut faire preuve d’objectivité quand il s’agit de la personne aimée. Objectivité pourtant indissociable du métier de journaliste. Comment ferait-elle si elle devait interviewer le candidat  qui partage sa vie ? Montbourg demanderait-il sa compagne en mariage en direct sur Itélé le soir de sa défaite ? Ça s’est déjà vu, ça n’a pas donné de très bon résultats…


C’est pourquoi cette discrétion est de rigueur. C’est pourquoi il est normal que l’on ne fasse pas de journalisme politique à la télé quand son compagnon est candidat à la présidentielle. C’est pourquoi Montbourg aurait dû, une fois de plus, s’abstenir de ses petits commentaires mesquins.

Déjà une remarque sur cet article

  1. lili-du-bassin dit :

    C'est vrai que Montebourg ou plutôt "Montebourde" comme disent ses "amis", s'est offert une compagne plus présentable pour un candidat socialiste.

    Sa précédente épouse qu'il avait épousé le 31 mai 1997, la veille du second tour des élections législatives qui le virent devenir député, en l'abbaye cistercienne de Valmagne, Hortense de Labriffe, née en 1968, fille du comte Antoine de Labriffe et d'Anne de Lacretelle et petite-fille par son père du comte Pierre de Labriffe – propriétaire du Château de Gambais, dans les Yvelines – et par sa mère de l'académicien Jacques de Lacretelle (1888-1985). Elle a été collaboratrice d'Édouard Balladur et de Philippe Douste-Blazy. Il en divorce en 2010.(source WIki).

    Un précédent mariage qu'il ne trouvait pas trop riche à l'époque pour quelqun qui n'aime pas les riches.

    Farouche partisan du mandat unique, il cumule en 2008 les fonctions de député et de conseiller général, faites ce que je vous dit mais pas ce que je fait ! Un bouffon quoi !

Laisser un commentaire