Le Front national dénonce le diplôme algérien de Nora Berra

Rédigé par lateigne (24actu) le 23 novembre 2010.

Le Front national a dénoncé dans un communiqué de presse le “diplôme algérien” de mèdecine de Nora Berra, nouvelle ministre à la Santé, en affirmant que ce dernier n’était pas reconnu en France.

Selon le parti d’extrême droite, Nora Berra a refusé après ses études à Oran, de “passer les équivalences” et n’a jamais été autorisée à pratiquer la mèdecine en France, ce qui en fait selon eux la “représentante de la non-excellence et du non professionalisme”.

“Le Front National dénonce cette nomination scandaleuse, qui, en tandem avec M. Xavier BERTRAND, ex-courtier en assurance privée, est la caricature de l’échec annoncé de la politique sociale ultra libérale engagée par M. SARKOZY”, conclut le communiqué.

Malgré des prises de position courageuses de Marine Le Pen pour ne plus faire du FN une “caricature“, les vieux démons et les raccourcis faciles ont la peau dure du côté du Paquebot.

Si ces accusations ne sont ni vérifiées ni étayées, elles visent en effet surtout à semer le trouble sur les qualifications de Nora Berra avant même que les Français aient le loisir de la juger sur ses actions.

La “non excellence” pointée du doigt par le FN se vérifiera ou pas en fonction des actions de la nouvelle ministre de la Santé, qui ne saurait être pire que celle qui été aux manettes avant elle.

Le procès d’intention est un jeu méprisable, surtout quand c’est pour hurler avec la meute de gauche qui voit des conflits d’intérêts partout.

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Papoulor dit :

    Une fois de plus, le FN a perdu une belle occasion de se taire. Il est aussi basique et sectaire que les braillards de gauche. D'ailleurs, je le redis, leurs intérêts sont les mêmes: faire une alliance objective pour éliminer les partis de gouvernement.

  2. Pierrot Gourmand dit :

    Le FN aurait été plus inspiré de parler de son gigantesque arrêt maladie de mai à novembre 2008. Trop malade pour aller bosser chez Sanofi mais plus du tout pour se rendre arrêts aux réunions du Conseil Municipal de Lyon (à Lyon pour toucher ses émoluments il faut pointer au Conseil Municipal)et dans les restaurants des autour des terreaux. Il faut aussi voir le splendide conflit d'intérêts de ses anciennes fonctions dans la Pharmaceutique et son rôle gouvernemental actuel : J'en veux pour preuve sa défense acharnée du Groupe SERVIER dans l'affaire MEDIATOR. Je résume : Au Ministère de la Santé nous avons un ex-Assureur et au secrétariat d'Etat une ex- responsable Marketing d'un très grand Labo. Vous ne voyez pas vous où se situent les conflits d'intérêt ???

  3. Papoulor dit :

    Mais mon pauvre, les soit-disants conflits d'intérêts sont partout, et à tous les niveaux.

    Quand un ou une journaliste est en couple avec un politique de droite ou de gauche, quand un fonctionnaire chargé des achats est l'époux d'un chef d'entreprise ou d'un commerçant fournisseur de son administration, quand un médecin conseil est le conjoint d'un médecin libéral qu'il est sencé contrôler, etc…, j'en ai de nombreux exemples. De ce fait, on ne pourrait pas être ministre ou élu quand on a travaillé dans le privé, il faudrait divorcer quand un conjoint exerce une professio réputée incompatible avec une activité ministérielle. Bientôt, pour être dans la politique, il faudra être célibataire, n'avoir aucun membre de sa famille, aucun ami ayant une activité "suspecte", et être soi-même sans emploi, n'avoir jamais exercé dans une de ces activités suspectes, ou être fonctionnaire de base, genre gardien de cimetière. Et encore !

    Encore une fois le politiquement correct et la bien pensance dicte ce qu'il convient de faire !

  4. Papoulor dit :

    Quant aux arrêts de travail, lorsque je vois, dans ma boîte, ce que des gens respectables (puisque syndicalistes) sont capables de faire en la matière, les quelques mois éventuels de Mme Berra apparaîssent comme une douce plaisanterie.

  5. Pierrot Gourmand dit :

    N'importe quoi !!! Quand on analyse le fiasco de la campagne H1N1 on comprend que des anciens salariés de l'Industrie Pharmaceutique ne peuvent en aucun cas remplir objectivempent des fonctions ministérielles en rapport avec ce milieu !!! Je vous rappelle que le fiasco H1N1 a coûté 2 milliards d'euros au Contribuable !

    Les sommes en jeu, dans ce milieu industriel, sont gigantesques et d'une opacité totale et on recommence les mêmes erreurs !!!

Laisser un commentaire