Christine Ockrent ou l’art de s’accrocher à son fauteuil

A l’image de son mari Bernard Kouchner, Christine Ockrent est prête à tout pour conserver son poste… même à l’humiliation et au ridicule d’une motion de défiance du personnel de France 24 qui a reçu un score stalinien (84%).


Christine Ockrent n’est plus la bienvenue au sein de France 24. Celle qui avait été parachutée dans les jupons de son ministre de mari, paye une lutte intestine execrable avec le président de la chaine Alain de Pouzilhac (qui a lui obtenu la confiance des salariés).


Mais cette humiliation ne semble pas déranger outre mesure l’ancienne journaliste qui est bien décidée à aller jusqu’au bout de son bras de fer… et vraisemblablement se faire licencier aux frais des contribuables.

On vous recommande

A propos de l'auteur lateigne (24actu)

2 réactions à “Christine Ockrent ou l’art de s’accrocher à son fauteuil”

  1. Tu parles !!! A 315.000 euros par ans elle a un sacré bon motif pour s’accrocher à son fauteuil !

    Elle attend probablement un bon petit licenciement avec 6 mois de salaire à la clé !

    Chez ces gens-là Monsieur pas de honte pourvu qu’il y ait du pognon !

  2. Il n'y a, apparemment, pas qu'en Côte d'Ivoire que les perdants piétinent le résultat des votes et s'accrochent à leur fauteuil…

    Quand on voit la quantité impressionnante de leçons de morale que le couple Kouchner/Ockrent a donné pendant des années à la terre entière on a plus du tout envie de rire.

    N'oublions pas que ce sont nos impôts à tous qui ont financé toute leur carrière et les ont enrichis !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.