Au FBI, on couche avec les indics et on regarde du porno au boulot

C’est supposé être l’élite de la police nationale américaine. Pourtant, des centaines d’agents du FBI, chaque année, sont surpris par leurs hiérarchies à ne pas respecter le moindre code éthique dans leur environnement de travail.

On ne compte plus les suspensions d’agents (plus de 5 000 en 4 ans) pour consultation de fichiers sans motif justifié (notamment des profils de célébrités, le fichier de Lady Gaga et de l’ex-femme de Tony Parker, Eva Longoria, l’actrice de la série Desesperate Housewife, étant les deux fiches les plus consultées de toutes les fiches personnelles des Etats-Unis…)

Plus de 120 000 heures de vidéos porno sont lues en streaming depuis les bureaux des agences fédérales, d’après une étude interne. Plusieurs agents, dont certains très hauts placés, ont pu être suspendus plus de 35 jours pour cette raison.

Autre détail étonnant : parmi les stocks de produits confisqués par les agents du FBI, ceux qui sont les plus “mis dans la poche” après confiscation, ce ne sont pas les drogues, les armes, ou même les billets de dollars…. mais les boites de Viagra contrefaites !


Le patron de la branche lutte fiscale du FBI a quant à lui été suspendu pour avoir eu des “relations professionnelles non adaptées” avec plus de… 45 sources (“indics”), et pour mettre des mots sur des faits, il a exigé d’eux fellation et sodomie. Seulement.

On vous recommande

A propos de l'auteur Notre équipe

La rédaction : plusieurs journalistes qui vous sont dévoués !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.