Révolution de la frite : la dernière (mauvaise) blague belge

Il y a quelque chose de pourri au royaume des Belges. Sans gouvernement depuis près de neuf mois, le pays s’enfonce chaque jour un peu plus vers la partition… et les Wallons qui voient leur vache à lait s’éloigner en sont réduits à des pitreries de cour d’école pour maintenir l’illusion d’une unité nationale.


Après la grève du rasage lancée par le comique Benoît Poelvoorde, les Belges ne sont guère plus inspirés pour tenter de sauver un royaume à la dérive : des jeunes Belges, des Wallons pour la plupart, on lancé une “révolution de la frite”.


Un miroir pathétique et dérisoire du formidable mouvement de liberté qui secoue le monde arabe. Une révolution pour rire alors que les politiques semblent englués dans une situation inextricable.


Entre des Flamands lassés d’éponger les dettes sociales de leurs voisins francophones et des Wallons socialistes incapables de se réformer et de prendre leur part de responsabilités, la situation est figée.


Les Flamands ne veulent plus payer et les Wallons en ont marre de devoir quémander des subsides et avaler des couleuvres… eux qui depuis vingt ans reconduisent mécaniquement les mêmes gouvernements socialistes qui ont mené la Wallonie à la faillite.

On vous recommande

A propos de l'auteur lateigne (24actu)

1 réaction à “Révolution de la frite : la dernière (mauvaise) blague belge”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.