Nicolas Sarkozy revient aux racines chrétiennes de la France

Coup de comm’ ? Peut-être. Mais le fait que Nicolas Sarkozy commence son tour de France des lieux de mémoire par la cathédrale du Puy en Velay, démontre que l’ère des crispations laïcardes est terminée et que la France est désormais prête à reconnaître ses racines chrétiennes.


J’arrête tout de suite les sectateurs de la laïcité. Ni Sarkozy, ni qui que ce soit, ne compte redonner le pouvoir aux curés et revenir à la société de l’avant séparation avec l’Etat.


Le chef de l’Etat a simplement mis un terme à plusieurs décenies d’autisme républicain faisant de la laïcité une négation de la riche histoire de France.


La France ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui (y compris laïque) sans l’apport considérable du christianisme et du catholicisme. Cette vérité élémentaire n’est pas une insulte à 1905, mais la reconnaissance saine et appaisée de notre passé sans lequel nous ne pourrons pas fonder un avenir ouvert.


Le symbole des racines chrétiennes de la France n’est pas non plus une insulte faite aux Français d’autres confessions, bien au contraire. Juifs et Musulmans n’ont aucun mal à reconnaitre qu’ils vivent en terres chrétiennes, ouvertes et accueillantes à l’Autre.


L’explication de texte symbolique de Nicolas Sarkozy facilitera même sans doute à l’intégration des communautés fraîchement implantées en France qui seront plus à l’aise en connaissant enfin les valeurs profondes et assumées du pays qui les accueille, plutôt que de subit la bouillie relativiste du “multiculturalisme” social-démocrate et laïcard.

On vous recommande

A propos de l'auteur maximus (24actu)

3 réactions à “Nicolas Sarkozy revient aux racines chrétiennes de la France”

  1. réaffirmer les racines chretiennes de la france ne servirait il pas avant tout a dé delégitimiser une éventuelle candidature de Strauss Kahn, lui qui n'a pas la terre de france collant a ses chaussures ?

  2. Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa lui non plus n'a pas tant la terre de France collée aux chaussures, et il est difficile de percevoir des relents d'antisémitisme dans les propos du président, dont le grand-père maternel était un Juif de Thessalonique. Il me semble que l'on peut reconnaitre l'héritage culturel de la France sans pour autant être coupable de racisme, d'antisémitisme ou de je ne sais quelle forme de rejet de l'autre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.