/>

Giscard défend le patrimoine… et brade ses bijoux de famille

Rédigé par lateigne (24actu) le 17 mars 2011.

Hypocrite Valéry Giscard d’Estaing ? L’ancien président de la République a pris la tête de la commission devant décider de l’avenir de l’Hôtel de la Marine, un monument historique que la Marine Nationale quittera en 2014,… Il a clairement déclaré qu’il refuserait que l’Etat perde la gestion de l’édifice au nom de la sauvegarde du patrimoine.


Petit hic ! Pendant qu’il fait ses beaux discours contre la gestion privée des monuments historiques, le fondateur de Vulcania (puit sans fond pour contribuables auvergnats, Ndlr) est en train de négocier la vente de son château en Auvergne… une propriété familiale dont l’ancien président n’hésite pas à se débarrasser.


Certes un château, même de famille, coûte une petite fortune à entretenir et Giscard d’Estaing en bon père de famille n’a pas hésité à se débarrasser d’une propriété ne rapportant rien et rognant sur le budget… Mais il est surprenant que celui qui se fit connaître comme ministre des Finances n’applique pas à sa personne les règles morales qu’il souhaite imposer aux contribuables… Ou le contraire ce qui serait encore plus logique.


On ne reviendra pas sur le choix curieux (fait par Nicolas Sarkozy) de VGE pour présider une commission sur l’Hôtel de la Marine, alors que ce dernier avait exprimé avant même d’être nommé qu’il ne voyait qu’une issue possible aux travaux de la-dite commission : enterrer tout projet qui ne serait pas à 100% public…


Ce qui est vraiment gênant et dénote presque d’une conception féodale des deniers publics, c’est cette faculté inouie et presque schizophrénique de faire en privé le contraire de ce que la parole publique professe.


Qu’à la limite VGE considère qu’il vaille mieux faire de l’Hôtel de la Marine un énième musée vide et coûteux, plutôt que de voir le sacro-saint Etat perdre le contrôle de l’un des milliers de bâtiments publics qu’il possède… C’est certes une vision anachronique de la société, mais cela se défend ! Mais que l’ancien président fasse dans l’intimité le contraire de ce qu’il défend en public démontre au mieux une franche hypocrisie.


Quoi qu’en dise les ayatollahs du service public, les partenariats privé-public existent dans tous les pays du monde pour réhabiliter et faire vivre dans des conditions optimales (et sans frais pour les contribuables) des hauts-lieux du patrimoine. C’est un combat d’arrière-garde que mène VGE… en plus il le fait avec mauvaise foi !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Leplat dit :

    On est toujours plus généreux avec l'argent des autres. Le canard enchainé a déniché qu'il avait pas moins de 4 cuisiniers et maîtres d'hôtel à son service… qui sont d'ailleurs tous marins.Quelle coïncidence !

    Un renvoi d'ascenceur ? au frais du contribuable

  2. nopal dit :

    VGE fait ce qu'il veut de son patrimoine personnel, ce n'est pas le problème du contribuable. Celui-ci, autant que je sache, n'est pas un monument emblématique de l'histoire de France comme l'Hôtel de la Marine qui appartient à l'Etat et doit le demeurer.

    Par ailleurs estimer que cet Hôtel représente une "charge insupportable" pour le contribuable est signe, au mieux d'une ignorance crasse de la réalité du dossier, au pire d'une totale mauvaise foi. La construction du "Pentagone à la française" qui est le seul argument avancé pour justifier son aliénation ne va-t-il donc rien coûter au contribuable?

    Enfin j'attends des exemples concret de partenariats "privé-public" qu'on trouve soit-disant dans "tous les pays du monde". Savez-vous que dans un pays voisin du notre, l'Etat a récemment envisagé la cession d'une partie de son domaine forestier. Une pétition opposée à ce projet a récolté plus de 500 000 signatures. Oui, vous avez bien lu, 500 000. Et quel est donc ce pays rempli de gens certainement arriérés, vivant dans un autre âge, d'ayatollahs anti-libéral? Le Royaume-Uni.

Laisser un commentaire