/>

Les mensonges sur les “bienfaits” du bio enfin révélés

Rédigé par lateigne (24actu) le 07 avril 2011.

Les bienfaits du bio et de l’agriculture biologique sont un immense mythe, savamment entretenu par les lobbies écolos et les pros du marketing vert… Le bio n’est pas meilleur pour la santé confirme le journaliste Gil Rivière-Wekstein dans son dernier livre.

Le bio n’est pas meilleur pour la santé que les produits issus de l’agriculture traditionnelle ! Si les ruraux ont compris depuis longtemps les limites (en terme de productivité, mais aussi de durabilité) de l’agriculture biologique, les tenants du bio (fortement aidés par les médias), continuent de nous faire croire que le bio est “sain” parce que naturel.

“Les producteurs biologiques utilisent eux aussi des pesticides, des produits naturels pas nécessairement inoffensifs. Prenez la roténone par exemple, l’Union européenne veut s’en débarrasser parce qu’elle est suspectée d’avoir un lien avec la maladie de Parkinson. De même l’huile de neem, interdite à la vente en France, mais autorisée dans certains pays européens, est un perturbateur endocrinien”, explique le journaliste.

La mode bobo du bio s’appuie en réalité sur un impitoyable marketing écolo à destination des classes les plus favorisées de la société à qui l’on tente de faire croire qu’elles font un choix de qualité de vie en consommant bio… Un véritable piège à bobos qui a bénéficié du soutien des médias, qui ont accordé à ce charlatanisme du XXIe siècle une visibilité démesurée.

On peut même aller plus loin que le journaliste Gil Rivière-Wekstein, qui décortique dans son livre “Bio, fausses promesses et vrai marketing” les mensonges des promoteurs des bios : loin d’être meilleur pour la santé, le bio représente des risques contre lesquels l’agriculture traditionnelle est prémunie.

C’est le cas notamment de la carie, un parasite céréalier cancérigène que l’on retrouve dans les céréales bio au nom de la sacrosainte “pureté” des graines qui ne doivent pas être traitées… Sans parler des métaux lourds (mais naturels !) dont les bios aspergent les sols.

Déjà 26 remarques sur cet article

  1. Iouri Becq dit :

    L'huile de Neem interdite en France??? Pourquoi en trouve-t-on dans tous les magasins bio alors. Ils sont hors-la-loi sans doute? Ce livre ne serait-il pas commandité par les anti-bio justement. Méfions-nous et prémunissons-nous de tous les sectarismes!

  2. Iouri Becq dit :

    Pour info l'huile de Neem est interdite comme insecticide en France et dans tous les états membres de la CEE. Arrétez de prendre des raccourcis et documentez vos articles SVP! Détails ci-après."Par la décision 2008/941/CE du 8 décembre 2008, la Commission Européenne a refusé l'inscription de l'azadirachtine (substance active de l'Huile de neem) à l'annexe I de la directive 91/414/CEE, ce qui revient à interdire aux États membres d'incorporer cette substance active dans les préparations bénéficiant d'une autorisation de mise sur le marché sur leur territoire. Par conséquent son usage comme insecticide est interdit en agriculture, maraîchage, jardinage, espaces verts, serres. "

  3. Pinchot dit :

    Encore une fois, on a fait du bio un espèce de mythe, une quasi religion. Malheureusement l'être humain a l'air d'avoir du mal à se frayer une route en pesant le pour et le contre et reste attiré par les extrèmes… Stop à la pensée unique écoloidiote!

  4. Godwill dit :

    Slt,

    Super article de lateigne, il est vrai que la rive gauche veut pas savoir ce qui se cache derrière le Bio,, damned!

    j'aime bien votre site, continuez comme ça, soyez impertinent et pertinent , avec vos arguments et non le les procès d'intentions que les analphabètes de gauche essaient d'opposer aux gens qui veulent faire avancer les choses en France

  5. Neem shield dit :

    Mais n'importe quoi ! Désinformation, mensonges, répression, au profit du lobby ultra puissant de l'industrie chimico Française… Pour infos en Suisse, Le FiBL (Institut de recherche de l’agriculture biologique) a donc étudié à fond l’efficacité du Neem contre la cicadelle verte et les pucerons des poivrons dans deux fermes maraîchères. Ce produit a démontré une bonne efficacité contre ces deux ravageurs. Sur la base de ces résultats et des bons résultats des analyses de résidus, l’OFAG a autorisé son utilisation sur poivron contre les pucerons et la cicadelle verte. Le Neem peut donc être utilisé aussi en agriculture biologique. Et c'est la même chose en Italie, Allemagne, pays bas, Espagne, Autriche, Canada et Usa…

  6. Neem shield dit :

    Le neem est un arbre tropical de la famille des Meliaceae. Il est natif du sous continent indien, mais on le trouve aussi en zone tropicale africaine, caraïbe, Amérique centrale et Australie. Il a une croissance très rapide et un feuillage très dense, des besoins en eau très faibles. Les graines de neem peuvent contenir plus de 40 % d'huile utilisée pour la fabrication de savons, cosmétiques, produits pharmaceutiques, désinfectants, insecticides, lubrifiants. Le tourteaux de graines de neem est ensuite utilisé en Asie comme fertilisant ou aliment pour les vaches.

    Les feuilles du margousier, Azadirachta indica A. Juss. (Meliaceae), ont été utilisées pendant des siècles aux Indes pour protéger les graines entreposées contre les attaques d'insectes Le neem et son principe actif, I'azadirachtine limonoide, ont plusieurs propriétés très souhaitables en ce qui concerne un insecticide naturel. L'azadirachtine est l'antiappétant le plus fort découvert à nos jours, supprimant l'alimentation des insectes à des concentrations de moins de I partie par million. L'azadirachtine est également un important contrôleur de croissance des insectes, agissant comme perturbateur de la mue et du développement, et comme interrupteur de la reproduction des insectes adultes. Plus de 90% de 200 espèces d'insectes ravageurs mises a l'épreuve jusqu'à présent ont montré une sensibilité importante.

    Le neem présente une action systémique qui pourrait le rendre extrêmement important contre les insectes ravageurs des tiges et des racines qui sont difficiles a contrôler. Peu d'études ont été menées sur l'action systémique du neem.

    L'azadirachtine est dégradée par les ultra-violet, la chaleur excessive et l'alcalinité. Sa durée de vie est donc limitée. Différentes études ont montré une action systémique résiduelle de 3 à 5 jours. (applications sur feuillages ou trempage des racines avant repiquage).

    Enfin, le neem est non-toxique aux vertébrés, ayant en effet une longue utilisation médicale en Asie du sud-est.

    Voici à titre comparatif les seuils de toxicité sur le rat de différent insecticides autorisés en bio :

    Nicotine : 60 mg par kg

    Roténone : 132 mg par kilogramme

    Pyrèthre : 1500 mg par kilogramme

    Neem : > 5000 mg par kg

    Quelques exemples d'utilisations possibles :

    Des essais ont été menés sur le contrôle de parasites externes sur le mouton avec de très bons résultats. Le neem pourrait permettre de contrôler la gale. Des concentrations très basses empêcherait des réinfectations sur une période de 6 mois.

    Le Neem a recu son homologuation en Suisse pour les vergers de pommier biologique dans la lutte contre le puceron cendré Dysaphis plantaginea.

    Le Neem doit être utilisé très tôt dans la saison, dès l'apparition des premiers adultes. Le Neem empêche la production des descendants.

    Le tourteaux de neem (produit restant après extraction de l'huile des amandes) possède des propriétés nématicides et améliorantes de la fertilité du sol ; Il permet de lutter contre les nématodes du sol qui attaquent les racines des plantes. Il contient de la matière organique et des éléments minéraux qui font du tourteau un amendement et un engrais intéressant. L’application du tourteau de neem peut se faire sur toutes les cultures maraîchères. Il est recommandé, en particulier sur les cultures facilement attaquées par les nématodes : tomates, laitues, carottes, choux, concombres, etc.

  7. Francois dit :

    N'importe quoi cet article! Depuis quand les bios aspergent ils leurs cultures de métaux lourds ? Parlons plutôt du cadmium… Dans les engrais de synthèse de l'agri intensive! Attention a ceux qui reprennent les propos de g r wekstein: savez vous qu'il s'agit d'un ancien collaborateur de Jacques cheminade et de la revue pro nucléaire fusion… Ainsi que du douteux milliardaire de droite extrême lyndon Larouche !! Pas vraiment un journaliste mais plutôt un militant anti écolos de tendance dur !

    • Pierre-Ernest dit :

      Les “bios” aspergent régulièrement leurs cultures avec de la bouillie bordelaise, pesticide autorisé en agriculture biologique. La bouillie bordelaise est à base de sulfate de cuivre. Le cuivre est un métal lourd.
      Alors, oui, les bios aspergent leurs cultures avec un métal lourd.

  8. neem shield dit :

    Ce qui ce cache derrière le bio.. MDR…

    Merci beaucoup François pour cet éclaircissement qui ne laisse plus aucun doute sur l'orientation des propos de Wekstein !

  9. neem shield dit :

    Publié le jeudi 07 avril 2011 –

    La Commission européenne vient d'inscrire l'azadirachtine, principe actif principal de l'huile de neem (ou margousier), connue pour ses propriétés insecticides et vermifuges, à l'annexe I de la directive 91/414. L'azadirachtine avait fait l'objet, en décembre 2008, d'une décision de non-inclusion à l'annexe I, avec l'obligation de retirer les autorisations de mise sur le marché (AMM) des produits phytopharmaceutiques contenant cette substance au 31 décembre 2010 au plus tard ; des délais de grâce étaient accordés jusqu'au 31 décembre 2011. L'évaluation des risques publiée au journal de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de mars relève toutefois des lacunes dans les nouvelles données transmises par les requérants – en vue de la réévaluation de la substance pour un usage insecticide sur pomme de terre – : pollution possible des milieux aquatiques, impact des métabolites… Le risque pour les oiseaux et les mammifères, les abeilles, les plantes non-cibles a été évalué comme faible.

  10. laurishwen dit :

    N'importe quoi ! :)))

    Je préfère rire que pleurer à la lecture de ce genre d'article ! J'ai bien aimé :"La mode bobo du bio" ou encore "loin d’être meilleur pour la santé, le bio représente des risques contre lesquels l’agriculture traditionnelle est prémunie." Tant mieux si ce que nous offre MONSANTO est mieux ! 🙂 Cet article est-il écrit dans le but d'informer ou de désinformer ? On peut se poser la question, je pense ! :)))

  11. Vince dit :

    C'est pas parce que c'est naturel, que c'est bien et bon pour l'environnement.

    L'azadirachtine est naturel, et est un bon insecticide, aucun doute la dessus.

    Par contre, toutes les petites coccinelles, syrphes et chrysopes qui mangent les pucerons : vous les retrouverez sur le dos.

    A contrario, il existe des produits chimiques (bouh quel horreur) qui ne leur font rien : des produits sélectifs vers les insectes ravageurs mais inoffensifs pour la faune aux alentours (pymétrozine par exemple). Mais ca, les bios n'en veulent pas, c'est pas naturel.

    Aparté pour Francois :

    Il n'y a pas de métaux lourd dans les engrais, ou alors très peu, essentiellement des éléments minéraux.

    Toutes les plantes ont besoins de certains éléments en quantité infime pour avoir un bon équilibre physiologique. Le cadmium en fait parti.

    Par contre le cuivre, contenu dans la bouillie bordelaise, fait bien partis des métaux lourds.

    Et c'est autorisé aussi en culture bio.

    Le problème, c'est que ceux qui en parle le plus, ne sont pas ceux qui en savent le plus, mais ils sont persuadés du contraire…

    (merci internet)

  12. neem shield dit :

    Cher Vince pour la Pymétrozine ce n'est pas sans conséquence d'utiliser ce produit chimique pour l'environnement, la santé humaine et animale:

    Phrases de risques et recommandations de sécurité de la Pymétrozine :

    Xn Produit qui, par inhalation, ingestion ou pénétration cutanée, peut entraîner des risques de gravité limitée.

    R40 Effets cancérogènes suspectés

    R53 Peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l'environnement aquatique.

    S2 Conserver hors de portée des enfants.

    S13 Conserver à l'écart des aliments et boissons, y compris ceux pour animaux,

    S20/21 Ne pas manger, ni boire, ni fumer pendant l'utilisation.

    S23 Ne pas respirer les gaz/vapeurs/fumées/aérosols.

    S36/37 Porter un vêtement de protection et des gants appropriés.

    SP1 Ne pas polluer l'eau avec le produit ou son emballage

    SPo2 Laver tous les équipements de protection après utilisation.

    SPe8 Dangereux pour les abeilles. Pour protéger les abeilles et autres insectes pollinisateurs, ne pas appliquer durant la floraison de la culture. Ne pas utiliser en présence d'abeilles.

    Composition de la spécialité:

    Pymétrozine 50. %

  13. neem shield dit :

    Le cadmium n'a pas de rôle physiologique dans le corps humain. Le métal lui-même, ainsi que ses composés, sont extrêmement toxiques, même à faibles concentrations, et ont tendance à s’accumuler dans les organismes vivants et les écosystèmes. Certaines sources de phosphates utilisés pour les engrais contiennent du cadmium dans des proportions allant jusqu'à 100 mg / kg, ce qui peut conduire à une augmentation de la concentration de cadmium dans les sols.

    Les métaux lourds, tels que le cuivre, le plomb, le mercure et le sélénium peuvent arriver de plusieurs façons dans l'eau. Les sources classiques sont les industries, les gazs d'échappement des voitures, les mines et les déchets bien sûr. A l'instar des pesticides, la présence de métaux lourds augmente à mesure que l'on remonte la chaîne alimentaire. Cela peut conduire à des effets indésirables. Le cadmium présent dans les engrais chimique peut être absorbé par les plantes. Si ils sont ensuite consommés par l'homme en quantité importante, alors cela peut entraîner des diarrées, et à long terme le cancer du foie et des reins.

    Les pesticides et herbicides, les produits chimiques utilisés pour combattre les mauvaises herbes et certains insectes, peuvent être emportés par les eaux de pluie surtout lorsqu'on en emploie trop. Certains de ces produits ne se décomposent pas et représentent un danger pendant longtemps. Des animaux ou des plantes touchés par ces substances risquent de les assimiler dans leur organisme et ensuite être mangé par d'autres animaux, si bien que les toxiques remontent la chaîne alimentaire. Au plus haut on les trouve dans la chaîne alimentaire, au plus haut est le taux de pollution. Il ressort d'une étude sur la présence de substances dangereuses dans les aigles de mer qu'on trouve en eux 10 à 50 fois le taux de DDT que l'on retrouve dans les poissons qu'ils consomment et que les poissons contenaient un taux 600 fois supérieur à celui des plancton qu'ils consomment. Enfin, l'eau contient 10 millions de fois moins de DDT que le plancton. Les animaux au sommet de la chaîne alimentaire peuvent souffrir de cancers et de problèmes de reproduction jusqu'à en trouver la mort. Si l'homme consomme du poisson contaminé, alors sa santé peut aussi être menacée. L'homme entre en contact avec les pesticides aussi via l'eau contaminée. Des millions d'humains boivent de l'eau contaminée par des pesticides. Les nitrates, souvent originaires des engrais chimiques, peuvent même conduire à une forme d'anémie chez les enfants.

  14. neem shield dit :

    * Le sang des français contaminé par les pesticides !

    http://fr.novopress.info/80488/le-sang-des-franca

    * Rivière polluée par des pesticides : le parquet de Brest classe l’affaire

    http://fr.novopress.info/79155/riviere-polluee-13

    * Les agriculteurs et leurs familles, premières victimes des pesticides :

    http://www.bastamag.net/article1499.html

  15. Vince dit :

    Bla bla.

    Rien a redire a une tel capacité à faire du copier coller.

    Aucune réflexion.

  16. neem shield dit :

    C pas du bla bla, la situation est vraiment grave!!! Particulièrement en France, alors je vous laisse penser ce que vous voulez…

    J'apporte juste des informations précises et vérifiés sur les sujets que vous soulevés Vince.

    Le copier/ coller sur a toile est parfois la solution idéale pour informer les gens le plus justement possible, et les "réflexions" personnelles (souvent orientés) ne servent pas la plupart du temps à faire avancer les choses dans le bon sens.

  17. Vince dit :

    Si si, cela en est.

    9 phrases de risques que vous cités concernent a peut près tout les produits phyto, même ceux utilisés en bio.

    Quand vous dites que c'est pire en France, expliquer svp.

    Si vous parlez "encore" de volume consommé, merci de rapporter aux surfaces cultivées (et éventuellement avec les chiffres d'autres pays)

    Ceci sera ma dernière intervention, nous ne seront jamais d'accord. Arrêtez de decridibiliser notre agriculture qui avance dans le bon sens.

    J'arrête avant que n'arrive la théorie du complot (par hasard, ne seriez vous pas revendeur de neem ou fabricant de ppnp?)

    Allez, a+

  18. pradiole dit :

    Il faut vraiment être perturbé mentalement pour faire ce genre d'article , quant tout le contraire est prouvé. Ont verra dans les années a venir le résultat des produits chimiques sur la santé des gens ..Ont commence a avoir un idée avec le nombre d'agriculteurs qui sont de plus en plus atteint par le cancer , dans les Iles Martinique Guadeloupe les cancer a cause des pesticides utilisé dans la banane ..Tout cela n'est pas juste des écris provenant d'esprit perturbé et inculte ,, mais bien des réalité , des résultats concrets
    .Eb tout cas celui qui a pondue ce truc ferait bien d'aller consulter car il a un sérieux problème de discernement , a un niveau qui demande un aide clinique

  19. liliane dit :

    Voyez-vous, il suffit de réfléchir un peu pour se rendre compte de l'utilisation politique et commerciale du bio0 Je connais des cultures bio aux côtés des vignes que les helicoptères viennent pulveriser généreusement …de quoi??? Et les sols si généreusement abreuvés, combien de temps pour les désintoxiquer,,
    l'intox c'est le bio.
    Alors,"cultivez votre jardin", loin des ong, protégé des pluies polluantes et arrosé d'eau pure.
    A quoi sert de pérorer. On dirait une nouvelle guerre de religions.
    A vous de choisir et fichez nous la paix, c'est vraiment lassant à la fin.

  20. Damien dit :

    Il serait bien que ceux qui postent sur les forums se renseignent un peu avant. Vouloir donner des leçons sans rien savoir, c’est polluer les forums.
    Le Neem est utilisé depuis 2500 ans en Inde pour son huile et ses nombreuses vertus, et aujourd’hui dans la plupart des pays du monde où se pratique une agriculture non intensive. Seuls les pays occidentaux interdisent son utilisation ( mais uniquement pour l’agriculture, pas pour l’intérieur de la maison ni la cosmétique…!)
    Il faut être aveugle ou borné pour ne pas y voir l’influence des lobbies de Monsanto ou Grace (qui, d’ailleurs, avaient été les premiers à déposer des brevets sur l’utilisation du Neem mais qui leur ont été retirés ensuite sur l’intervention des paysans indiens car les prix de l’huile de neem avait considérablement augmenté!)
    Quelqu’un a écrit sur ce forum qu’un jour on verrait les méfaits des pesticides? Non, on les voit, et depuis longtemps!
    Les centaines de procès intentés contre Monsanto de millions de personnes intoxiquées empoisonnées par leurs produits le prouvent; car si jusqu’à ces dernières années ils ont gagnés tous leurs procés (ou presque) grâce à leur capacité à soudoyer experts et magistrats, ils commencent à les perdre. Au même titre que l’industrie pharmaceutique, les grands trusts de l’industrie phytosanitaire ont depuis longtemps infiltré les rouages de la politique et de la justice.
    Alors, ne soyons pas des boeufs qui subissent des coups pour avancer et qui en redemandent en écoutant les sages paroles de médias -corrompus eux aussi- et de moutons comme Liliane ou tant d’autres naïfs et crédules!
    Réfléchissons, instruisons nous et agissons… dans le bon sens.
    @Vince: Le Neem, que je viens juste de découvrir, me semble, après avoir parcouru cinq ou six sites, un pesticide parfait: un des rares en tous cas qui soit biodégradable en cinq jours et qui ne nuit pas à l’homme ni aux insectes utiles, qui ne pollue pas la terre… … … et également bon pour notre santé!
    Quant à l’auteur du texte, La teigne, bon, je mettrais ses propos sur le compte de la bêtise.

    Damien
    A voir:
    http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/le_neem_contre_les_insectes_et_les_maladies.pdf

  21. bio dit :

    Comme tout produit, quel qu’il soit il peut y avoir des effets indésirables s’il est utilisé à bon escient. Les produits naturels itou, j’entends par là non fondamentalement modifiés par l’homme, ces molécules (qui souvent ne sont pas uniques dans les plantes qui les produisent et don agissent en synergie avec d’autres éléments contrairement à la pharmacopée aujourd’hui a tendance à n’isoler qu’un seul principe actif pour le concentrer, celui-ci seulement, et cette démarche n’est pas la bonne) peuvent avoir des effets néfastes sur leur environnement immédiat mais à une échelle très réduite puisqu’elles produisent naturellement et ce depuis parfois des millions d’années ce sont des stratégies de survie, et cela se limite à la population des éventuels parasites ou maladies qui pourraient s’en prendre à eux. Jamais il n’y a eu de catastrophe avec des insecticides naturels depuis qu’ils sont produits par les plantes alors que les cultures humaines gigantesques demandent des quantités phénoménales ce qui induit des déséquilibres qui n’auraient jamais lieu sans une activité humaine aussi intense. alors que si l’on cumulait savoir et expérience afin de faire les choses de manière différente, donc à moins grande échelle, du moins pour ce qui est des surfaces cultivées sur un meme site, j’entends par là de faire plus de parcelles, moins grandes et séparées, les haies sont de très bons exemples (et on éviterait la prolifération de nuisibles et de maladies liées à ceux-ci puis la diffusion chez le bétail puis chez l’homme par les prédateurs de ces bestioles, je pense à l’echinococcose), et d’alterner les cultures non seulement dans le temps et l’espace comme les rotations de cultures et meme une sorte de jachère qui peut etre décidée (laisser pousser naturellement ce qui vient ou semer quelque chose qui ne demande pas d’entretien et qui aura la capacité de régénérer les sols plus ou moins “épuisés” en fonction des cultures, soit par leur capacité naturelle à améliorer le sol au niveau racinaire soit comme enfouis en tant qu’engrais vert, et on n’est pas obligé de semer qu’une seule variété, la règle a respecter étant de connaitre son substrat, ses qualités et défauts ainsi que l’incidence de telle ou telle culture, et je ne parle pas des associations de plantes dans les cultures que ce soit pour repousser insectes et/ou maladies ou pour s’apporter mutuellement des nutriments ou autres… je veux préciser que ces parcelles de cultures de petite tailles séparées par des haies devraient bénéficier des rotations, jachères et association d’autres plantes mais aussi qu’aucune parcelle, meme sépzréé par des haies ne devrait cotoyer une culture similaire directement. un peu comme une sorte de jardin en carré amélioré et en version bien plus grande… mais on nous dira que cela coute cher et qu’en plus faudrait embaucher des gens! on n’a vraiment pas besoin de boulot et on préfère vivre au jour le jour et tout bousiller en gagnant de la thune qu’on laissera derrière soi en crevant de toute facon!!! et pour en revenir à l’huile de neem, j’hallucine que cela puisse etre interdit aux particuliers en petite quantité pour leur jardin alors qu’on peut en trouver en cosmétique et que des produits chimiques hyper dangereux pour l’homme et l’environnement comme certains produits, mon cas c’est pour les acariens, déjà que je suis allergique à leur chiures il faut aussi que je me les tape au jardin (miam! bouffer des acariens quand tu es allergique!!! ou alors ben tu bouffe des produits comme le tébufenpyrad et ses adjuvants en becquetant tes haricots, ton raisin ou tes framboises (entre autres!!!). en clair tu peux bouffer des produits chimiques dangereux dans tes fruits et légumes (et on nous parle de santé publique sans arret), mai utiliser un peu d’huile de neem pour sauver ta écolte de particulier t’as pas le droit bikoz les industriels de l’agro-alimentaire ont tout niqué les abeilles merci monsanto, mais le round-up est tjrs en vente entre autres, mais eux ils ont droit de faire des dégats incommensurables sur l’environnement mais toi pauvre pauvre tu ne peux pas utiliser de produit naturel à t petite échelle parce que tu pourrait tuer 2 ou 3 abeilles non mais je reve… je vais planter un Margousier!!! plus droit de rien faire, de plus en plus… la France a peur… tous les soirs à vingt heures… la police vous parle… “ayez confiance!…”

  22. carlier dit :

    Encore un ramassis de mensonges .Les lobbies du bio ne sont pas des lobbies mais des francs tireur isolés et sans moyens .Par contre les lobbies de la chimie empoisonneuses existent bien .La preuve cette interdiction du neem en France .

    Comment peut t’on arrêter un produit qui ne touche pas les abeilles coccinelles , alors que ceux si sont en voie de disparitions .Comment peut on arrêter un produit qui augmente de 30% la présence de vers de terre …. Tout simplement quant ont est un lobbie et que ont se fout de la santé des gens et de la terre a cause du pognon
    Cette interdiction touche que la France , bien d’autres pays on accepter le neem
    L’es USA révèlent après leurs recherches que le neem est un produits inofencif capable de remplacer la chimie en agriculture …Les parc sont traités que par ce moyens obligatoirement …Le neem est capable de bien des choses , même dans la médecine et c’est cela qui dérange alors ont élimine c’est simple …pour ceux qui veulent avoir plus de renseignements , allez sur ce cite ou il y a des rapport de scientifique a propos de ce neem interdit : http://gaia-om.e-monsite.com/

  23. seb dit :

    L’huile de neem est le seul produit capable de concurencer a lui seul, tout le panel de produit phyto sanitaire proposé dans nos chersupermarché qui generalement , eux ne sont qu’a demi efficace et en plus , trés dangereux.
    pourquoi faisons nous un débat publique autour de cette solution qui je le rapelle est multi millénaire… L’huile de neem etait utilisé du temps des egyptiens pour des utilisations medicales ,humaine et animale ainsi que pour l’agriculture . Vous devrier plutot débatre des molecules utilisé en agriculture soi disant raisonné , (raisonné par les actionnaire des labo phyto surtout), qui elles sont certe utilisé en quantité moindre mais qui sont surtout en 1000 et 100 000 fois plus polluante pour la nature , car concentrée et active a l’echelle nano-metrique….
    Seb
    les tenant des haut parleur ne sont pas les garant de la verité, mais les garant de leur propre interêt

Laisser un commentaire