/>

PS : comment Aubry et DSK ont tué Ségolène ?

Rédigé par patsoul (24actu) le 13 avril 2011.

Parti socialiste, PS, Martine Aubry, DSK, dominique strauss kahn, françois hollande, présidentielles, 2007, 2012, primaires socialistes, poitou charentes, ségo, ségolène royal, laurent gbagbo, corruption, TF1, jack lang, michel rocard, nicolas sarkozy

segolene_royal_elephants_psS’il reste encore un an avant les prochaines présidentielles et si Ségolène Royal est toujours candidate, il semble toutefois peu probable que la madone remporte les élections internes de son parti. Après l’éclosion de sa popularité en 2006 et sa victoire aux primaires socialistes, les apparatchiks du parti s’étaient jurés qu’ils auraient la tête de Ségolène Royal. Retour sur une mise à mort programmée.

 

Quand les sondages et les médias ont imposé Ségolène au Parti Socialiste, les vieux éléphants qui voulaient le poste depuis des années ont tout fait, au fur et à mesure que les échéances avançaient, pour saboter la position de Ségolène Royal.

 

Les primaires

Dans le cadre de la politique “TSS” (tout sauf Ségolène), les fabusiens et strauss-kahniens ont tous ciblé leurs attaques sur Ségolène. Une campagne primaire qui a largement contribué à discréditer Royal aux yeux du “peuple de gauche” et des sympathisants socialistes tant les critiques personnelles sur la cible à abattre ont fusé.

 

La campagne

Jack Lang et Michel Rocard ont exprimé ouvertement leur rejet de Ségolène au cœur même de la campagne présidentielle. La plupart des autres ténors du parti ont émis implicitement de lourds doutes quant au programme et à la campagne électorale de Royal. La cinquième république n’avait jamais connu une telle situation où les responsables d’un parti critique ouvertement leur candidat durant la campagne présidentielle !! Le petit discours de DSK sur TF1, le soir du deuxième tour des présidentielles de 2007, alors que le PS venait juste de perdre une énième fois les élections, a clairement montré le vrai visage d’un parti où les égos sont les seuls moteurs. Au lieu de parler de la France, des français, du PS, du nouveau président Sarkozy, Dominique Strauss Kahn a simplement expliqué que des “fautes” avaient été commises par la candidate socialiste.

 

Fraude à la chaussette

Contre les petites ambitions personnelles et contre l’avis des instances dirigeantes d’un parti sclérosé, Ségolène Royal a tenu bon, elle a été une candidate pas ridicule face à un Sarkozy au top de sa forme et elle a su créer un véritable engouement populaire autour de sa personne. Convaincus qu’elle était la plus à même de mener leur parti à la victoire en 2012, les socialistes l’ont élue première secrétaire en novembre 2008…

Mais…c’était sans compter la haine suscitée par la Madone chez certains et les méthodes soviétiques de ce parti répugnant : usant de la traditionnelle fraude à la chaussette (le camarade socialiste Laurent Gbagbo aura par la suite quelque peu modernisé la méthode). Au vu et au su de tout le monde, Martine Aubry et ses compères rapaces ont donc truqué les élections internes afin de priver Ségolène de la main mise sur le Parti.

 

Mépris et unité

Depuis, Ségolène Royal est mise au ban du Parti. Une seule consigne à son sujet : ne pas parler d’elle, la faire oublier. Et à ce petit jeux, les camarades ne sont pas mauvais puisque Ségolène est au plus bas dans les sondages et peine à exister médiatiquement. Au petit jeu de l’unité retrouvé, la madone est obligé de donner le change pour ne pas passer pour la femme des conflits. Elle doit donc rentrer dans le rang depuis un certain temps et elle s’affiche même aux côtés de sa principale rivale, sourire au lèvres ! Pourtant, la présidente du Poitou Charentes n’est pas femme à abandonner, elle a déjà annoncé sa candidature aux primaires socialistes et elle ne compte pas servir d’alibi populaire à DSK, Aubry ou pire, son ancien compagnon François Hollande.

 

Alors, en 2012, retour du jedi ou exécution sommaire ?

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. sabi68 dit :

    Quand elle l'ouvre vous la taillez et quand elle se tait vous criez au complot! Ségolène vous manque avouez! 😉

  2. dormieu dit :

    Tout cela est juste. Je l'ai véc u, avec d'autres, concrètement et je n'oublierai pas lors de mon vote et aux primaires et à la présidentielle. Elle a du courage et de la classe : elle est une vraie politique au service de l'intéret général et jamais, elle, ne vendra son ame. Ils, elle (aubry) prennent ses idées, ses concepts mais ils ne sont que la pale copie "ordinaire" et usée face à l'original. Je salue Mme Royal pour sa force et sa détermination.

  3. fanchon dit :

    difficile d'être complètement en accord avec un avis qui ne parle de S. Royal que comme une "madone". Du coup les éloges sonnent faux.

  4. Roger dit :

    Cet article sonne juste, le fait que l'on ne parle que d'une personne n'est pas une preuve qu'il est faux, bien au contraire, toute la France a su ce que les éléphants ont fait à ségolène Royal et tous savent qu'elle est très populaire et que sa côte pourrait remonter très vite – je suis certaine qu'elle prépare un coup dont elle seule à le secret, par exemple imaginer une alliance Royal/Hollande, les vieux de la vieille en prendrait un sacré coup ! exit les DSK , Fabius, Aubry, totues ces personnes ne sont pas dignes, nous ne voulont pas d'elles.

  5. benbarek dit :

    Etre battue par Sarko n'est pas une référence, puisqu'il est aussi mauvais!

    Après son coup médiatique de 2007 Royal a fait perdre l'imperdable au PS!

    Alors puisqu'on en est aux conotations catholiques, il faut prier dieu qu'il accomplisse un miracle, sans cela elle reste à sa vraie place.

  6. tosello dit :

    pour corriger de toute façon on votera pour elle sinon pour èva !

  7. rbella24 dit :

    Qui peut enterrer la Femme Debout au PS?

    Enterrer Ségolène Royal, c'est s'enterrer soi-même.

Laisser un commentaire