/>

Dominique de Villepin, politicien de salon sans avenir

Rédigé par didoulefou (24actu) le 14 avril 2011.

La prétention de Dominique de Villepin à incarner un courant politique de la droite française se résume à la gestion de l’ego surdimensionné de l’ancien Premier ministre. Marginalisé à l’UMP, peu aimé des Chiraquiens et inconnu des électeurs, Dominique de Villepin se bat contre des moulins à vent.

Qu’incarne donc Dominique de Villepin pour qu’il se croit investi d’un destin présidentiel ? L’inventeur de la dissolution de 1997 et au-delà de l’immobilisme de la présidence Chirac, DDV voudrait être la figure de proue d’un renouveau du gaullisme.

Sauf que le gaullisme est une famille dans laquelle la grandiloquence de Dominique de Cillepin est à l’étroit. Coincé entre le bonapartisme à la hussarde de Nicolas Sarkozy, le caporalisme RPR de Jean-François Copé et la filiation chiraquienne de François Baroin, DDV n’a plus d’espace.

Plus d’espace pour espérer pouvoir jouer un rôle lors des présidentielles de 2012, mais peut être pas de négocier une sortie de scène par le haut avec Nicolas Sarkozy… Sous forme de non-lieu ?

On ne s’invente pas homme politique à plus de 50 ans et Dominique de Villepin ne s’est jamais présenté devant le scrutin universel… Une présidentielle n’est pas un numéro d’équilibriste et le manque d’expérience de DDV est plus qu’un handicap… C’est un retard irrécupérable.

Et qu’à Dominique de Villepin à proposer aux Français ? Qu’a-t-on entendu de lui depuis son départ de Matignon ? Outre ses élucubrations anti-sarkozy, DDV est inaudible sur les sujets politiques.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Salut les goh dit :

    bravo pour cet article, à lire aussi l'edito du NY time sur les peacenicks et les vrais leaders

    http://www.nytimes.com/2011/04/17/opinion/17cohen

Laisser un commentaire