Immigration : vers la fin de la passoire européenne Schengen

La nouvelle est capitale et pourrait permettre à terme de détricoter le fatras inutile et dangereux qu’est devenu l’Union européenne. Pour la première fois, le gouvernement français émet l’hypothèse d’une suspension d’un accord-phare de la construction européenne.

Est-ce l’agonie de l’UE que nous apercevons en ce printemps des peuples arabes ? La remise en cause (temporaire) des accords de Schnegen pourrait sonner comme un formidable réveil des Nations européennes face au monstre communautaire qui ne protège rien et affaiblit tout le monde.

A avoir choisi l’élargissement à tout crin et refusé de définir un modèle clair (Europe politique ? Europe économique ?), l’UE a perdu sa raison d’être. Qui peut croire que les frontières roumaines ou bulgares sont fiables ? Qui a déjà entraperçu l’ombre d’une stratégie commune européenne à l’heure où Français et Anglais partent en guerre malgré la condamnation de l’Allemagne ?

Si le gouvernement ne propose aujourd’hui que de « suspendre » Schengen, et de fermer temporairement nos frontières, il va de soi qu’un verrou vient de tomber et que l’heure n’est plus à la construction européenne mais à sa déconstruction. Une fois leurs frontières à nouveau sécurisées, les Français accepteront-ils de revoir des douaniers d’Europe de l’Est assurer leur sécurité ?

Il est plus que temps de remettre à plat notre engagement européen. Qu’y gagne-t-on au-delà des fantasmes de la paix universelle qui avaient du sens dans les années 1950 mais plus aucun aujour’dhui ? L’Euro, qui devrait être un formidable instrument politique, ne sert à rien faute de stratégie européenne… Quels sont d’ailleurs les intérêts économiques communs entre la France ou l’Allemagne et la Lituanie ou la Grèce ?

L’Europe de Schengen est en train de mourir de n’avoir jamais fait de choix… et on n’en portera pas le deuil.

On vous recommande

A propos de l'auteur lateigne (24actu)

3 réactions à “Immigration : vers la fin de la passoire européenne Schengen”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.