Nicolas Hulot pris en otage par le lobby anti-nucléaire

Rédigé par lateigne (24actu) le 26 avril 2011.

Contraint et forcé, Nicolas Hulot a dû battre publiquement sa coulpe sur le dossier nucléaire. L’animateur de télévision et candidat à la candidature écologiste a découvert les joies de la démagogie pré-électorale en se déclarant pour la sortie du nucléaire… Une source d’énergie qu’il n’avait pourtant jamais condamné.

Si Nicolas Hulot a assuré la main sur le coeur que ce revirement idéologique était dû à l’accident nucléaire de Fukushima qui aurait “achevé de le convaincre”, la réalité est hélas beaucoup plus simple.

Face à l’opiniatre Eva Joly, bien décidée à ne pas jouer les seconds rôles et déterminée à saper par tous les moyens possibles une candidature Hulot, l’ex-animateur d’Ushuaïa a été obligé de faire quelques concessions aux “durs” de l’écologie politique. Le dossier nucléaire était une occasion à ne pas rater !

Si le parti écologiste (Les Verts, puis EELV) se faisait discret depuis plusieurs années sur le dossier nucléaire, les militants demeuraient fondamentalement hostiles à l’atome. Le big bang de Fukushima a fait ressortir le dossier… et affaibli la ligne écolo-responsable défendue par Nicolas Hulot.

Face aux attaques de certains militants (et d’une faussement candide Eva Joly), Nicolas Hulot a été obligé de muscler son discours… jusqu’à renier le sens du sérieux et de l’intégrité sur lequel il a bâti sa réputation ?

L’écolo préféré des Français sait pourtant mieux que quiconque que la fin du nucléaire signifiera obligatoirement une augmentation dramatique des émissions de CO2 et que l’idéologie verte anti-nucléaire.

Déjà une remarque sur cet article

  1. trineor dit :

    Ne vous inquiétez pas trop pour la liberté de conscience de M. Hulot. Son glissement de pensée vers la sortie du nucléaire s'est fait progressivement, et effectivement, Fukushima a créé pour le monde entier une nouvelle donne : non, les drames nucléaires ne sont pas uniquement le lot des pays négligents et des technologies usées. Ce qui change tout. Ce n'est pas de posture politicienne qu'il s'agit pour Hulot, mais d'adaptation après un fait majeur.

    Néanmoins, cette position de sortie du nucléaire de Hulot est tout sauf démago. Voyez dans cette interview : http://www.dailymotion.com/video/xialdl_3-4-fukus
    Refus d'une sortie rapide (afin de ne pas augmenter les émissions de CO2, justement) ; refus de lâcher des délais dans le vide avant que cela ne soit tranché par les plus compétents… Même en changeant d'avis (quoique je dirais "surtout en changeant d'avis"), Hulot garde ce ton responsable qui, je l'espère, fera la différence sur la scène politique.

Laisser un commentaire