/>

PS : face à Aubry et DSK, Ségolène Royal ne lâche pas le morceau

Rédigé par patsoul (24actu) le 06 mai 2011.

PS, Parti socialiste, elections internes, primaires socialistes, présidentielles 2012, nicolas sarkozy, ségo, ségolène royal, dominique strauss kahn, dsk, strauss kahn, fraude à la chaussette, aubry, martine aubry, lci

Si les pontes du PS pensent en avoir fini avec la madone, cette dernière ne compte pas se laisser enterrer pour autant. Entrée dans la bataille cette semaine, Ségolène a fait comprendre qu’elle irait jusqu’au bout.

 

Décidément, la guerre des Gang n’en finira jamais au Parti Socialiste. En effet, interrogée mercredi sur LCI, Ségolène Royal a commencé par taper sur son parti et ses dirigeants :

 

“Je ne veux pas rentrer dans ces querelles de personnes parce qu’elles sont totalement décalées avec ce que les Français attendent et, vraiment, j’appelle les socialistes à davantage de responsabilité, de dignité”.

 

“Il faut vraiment mettre de côté ces guerres d’égos et ces petites phrases et vraiment revenir à la hauteur du débat politique que la France mérite”, a-t-elle expliqué, estimant qu’  “il faut maintenant que chacun annonce ce qu’il a l’intention de faire”.

 

Plus précisément, la présidente de région a lancé une petite pique au sujet de Dominique Strauss Kahn :  “pour l’instant, il n’est pas encore candidat, donc n’essayons pas d’entretenir un feuilleton qui tire le débat politique vers le bas”.

 

Enfin, elle s’est exprimée sur les primaires, leur organisation et sa propre candidature inéluctable, exigeant des débats télévisés et plus de transparence (vu ce qu’il s’est passé lors des dernières élections internes, on peut la comprendre…) :

 

“Nous devons engager ce débat de fond, ce débat démocratique majeur pour que les Français puissent choisir, il faut des débats télévisés”.

 

“Les Français ne comprendraient pas qu’il n’y ait pas de débat entre les différents candidats” car “c’est bien dans un débat que l’on peut confronter un certain nombre d’idées et de propositions”, “juger de la personnalité des uns et des autres et de leur capacité à assumer la fonction présidentielle”.

 

“Je suis là, j’ai des choses à défendre, je travaille énormément depuis 2007, j’ai l’expérience de cette campagne.” […] “Je défendrai mes idées jusqu’au bout, mais jamais je ne ferai perdre mon camp”, a-t-elle réaffirmé, assurant être toujours dans “une attitude de rassemblement”.

 

Celle qui s’est fait voler la tête du PS par les fraudes à la chaussette des amis de Martine Aubry n’accepte pas son enterrement prématuré. Ségolène veut se battre jusqu’au bout et en public, histoire de ne pas recevoir de coups dans le dos. Étant la seule candidate socialiste populaire, il se pourrait qu’elle réserve une très grosse surprise aux éléphants socialistes…

 

Laisser un commentaire