/>

DSK : les ténors du PS n’ont pas un mot pour la victime

Rédigé par lateigne (24actu) le 16 mai 2011.

D’habitude si prompts à faire la morale, les éléphants du Parti socialiste rivalisent depuis hier de compassion à l’égard de Dominique Strauss-Kahn, accréditent les théories du complot les plus farfelues… mais n’ont pas eu un mot pour la victime présumée du viol.

 

Si la culpabilité de DSK n’est pas prouvée pour l’heure, la décence minimale nous impose de nous mettre un instant dans la peau de la femme, témoin jugé “très fiable” par la police new-yorkaise, qui se dit victime d’un viol par le patron du FMI. Hélas, comme souvent dans les affaires de viol, la victime subit un deuxième outrage en voyant sa parole mise en doute sans éléments tangibles.

 

Si la vue de DSK menottes aux poignets a arraché une “larme” à Manuel Valls et indigné la rue Solférino, les éléphants socialistes n’ont pas eu un mot pour la victime depuis le début de l’affaire ! Au point de fustiger la justice américaine (dont l’efficacité vaut bien la française) et de passer sous silence les éléments accablants du dossier (ADN, griffures sur les deux protagonistes, passif de DSK,…).

 

A gauche, et c’est tout à leur honneur, seuls Jean-Luc Mélenchon et Christine Poupin (NPA) se sont mis du côté de la victime. Le reste de la meute a crié au complot “international” et cherché des excuses à un DSK dont ils connaissaient pourtant parfaitement les travers.

 

La présomption d’innocence existe bel et bien (sauf bien sûr pour les médias lorsqu’il s’agit d’Eric Woerth, de Christine Lagarde ou de tout membre du gouvernement), mais les droits de la victime existent aussi… et doivent prévaloir lors de ce genre d’agressions. Pendant que le PS répète que ce viol ne “ressemble pas” à DSK (quand bien même le tout-Paris sait que cela lui ressemble trop bien), personne ne se soucie de l’épreuve traversée par cette femme.

 

Les incartades sexuelles de DSK sont trop connues pour que son implication dans un viol soit une surprise totale. Rien en revanche ne nous permet de mettre en doute les propos de l’employée du Sofitel, dont les supérieurs louent les qualités et la probité et que la police américaine a jugé suffisamment convaincante pour arrêter le directeur d’un puissant organisme international.

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. […] Via Scoop.it – Revue de presse par la CFTC HUSD’habitude si prompts à faire la morale, les éléphants du Parti socialiste rivalisent depuis hier de compassion à l’égard de Dominique Strauss-Kahn, accréditent les théories du complot les plus farfelues… mais n’ont pas eu un mot pour la victime présumée du viol…Show original […]

  2. It is I only dit :

    C'est un complot anti-semitique!

  3. THOMAS dit :

    Personnellement, je ne vois pas pourquoi j'aurais une pensée pour la "présumée victime" et non à la victime comme vous l'écrivez.

    Car, pour moi, M. DSK est avant tout un compatriote français qui a des problèmes avec la justice d'un pays étranger.

    Les certitudes de l'auteur n'ont d'égales que les théories des complotistes qui n'envisagent pas d'autres hypothèses que la leur.

  4. Julien dit :

    Comment pouvez-vous dire "victime présumée"? Vous ne comprenez pas qu'on ne peut avoir un "présumé innocent" et une "présumée victime"? Si vous présumez qu'elle est victime, alors vous présumez qu'il est coupable. Or IL EST présumé innocent, et elle est une plaignante. Arrêtez d'utilisez des termes qui constituent des aberrations juridiques!

  5. Andrada dit :

    Je parie que DSK est innocent.Je pense aussi que c'est un coup monte et apres tout il est un bel homme qui peut facilement trouver la plus belle femme pour lui tenir compagnie.

Laisser un commentaire