Affaire DSK : Anne Sinclair arrivée à New York en jet privé

Anne Sinclair, l’épouse de Dominique Strauss-Kahn et ancienne journaliste de télévision, est arrivée lundi à New York à bord d’un jet privé spécialement affrêté, a-t-on appris de sources proches du dossier.

 

Anne Sinclair, qui était présente jeudi devant la Cour Suprême de l’Etat de New York en compagnie de la fille de Dominique Strauss-Kahn, Camille, a par ailleurs fait transférer sur un compte américain une “somme à sept chiffres” en début de semaine, selon l’avocat de DSK qui a précisé que cette somme était destinée à payer la caution de son mari.

 

Dominique Strauss-Kahn, qui réclame une libération conditionnelle, a été formellement inculpé jeudi pour tentative de viol sur une femme de chambre de l’hôtel Sofitel de New York. Il risque jusqu’à 74 ans de prison.

 

Anne Sinclair, qui soutient financièrement depuis plusieurs années les ambitions politiques de DSK, est à la tête d’une importante fortune, héritée de son grand-père, Paul Rosenberg, l’un des plus grands marchands d’art parisiens du XXe siècle.

On vous recommande

A propos de l'auteur silesricains (24actu)

4 réactions à “Affaire DSK : Anne Sinclair arrivée à New York en jet privé”

  1. Ask Story

    Il était une fois un Roi… qui après avoir atteint le sommet de la gloire et de la prospérité, prit la décision de flirter avec la félicité en mariant le même jour ses sept héritiers pour bénir les dieux qui lui offrirent toute sa gracieuse majesté.

    Et pour célébrer ces divines noces, il convia les plus grands poètes de tous les temps pour lui réciter les plus beaux vers de l’univers…

    L’un d’eux provoqua l’indignation, en maudissant le temps au lieu de louer le présent !

    Ses mots, nul ne les a oubliés et personne ne se risquera à les restituer…

    « Rien qui vaille la peine qu’on y perde la tête… puisque l’homme s’y retrouve moins dans la victoire que dans la défaite. »

    Il fut injurié, jugé et condamné à perpétuité parce que sa majesté s’est sentie offensée…

    Sept ans plus tard, lors d’une bataille sanglante, le Roi perdit en une seule nuit, ses sept royaumes, ses sept héritiers et ses sept raisons de vivre et d’espérer.

    Juste avant de rendre l’âme, il s’est souvenu de cet oiseau de mauvais augure qui lui avait prédit le pire pour son empire… il décida de le rappeler pour déverser sur lui ses derniers soupirs. Et quand il fut à son chevet, le vieillard ne put s’empêcher de lui murmurer à l’oreille :

    « Rien qui vaille la peine qu’on y perde la tête… puisque l’homme s’y retrouve moins dans la victoire que dans la défaite. »

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/ask-st

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.