/>

Quand BHL refusait la présomption d’innocence… aux petits

Rédigé par lateigne (24actu) le 25 mai 2011.

Le philosophe télévisé Bernard Henri-Lévy a beaucoup fait parler de lui ces derniers jours avec une défense très contestée de son “ami” Dominique Strauss-Kahn au nom de la présomption d’innocence. Quand il tape sur les petits et les sans-grades, BHL n’est pas aussi sensible à ce concept juridique que quand il défend sa caste.

 

BHL s’est répandu la semaine dernière pour accuser pêle-mêle la justice-spectacle américaine, le non respect de la présomption d’innocence, mais également pour tenter de discréditer le témoignage de la victime (en inventant des “brigades de ménage) et les accusations de Tristane Banon.

 

Des propos pitoyables qui ont profondément choqué en Amérique et en France, et qui renvoient aux images d’une autre affaire remontant à 2009. BHL s’était alors présenté comme témoin lors du procès aux assises de Jean-Marie Garcia, ouvrier lyonnais accusé pour le meurtre de sang-froid d’un maghrébin et soupçonné de crime raciste.

 

Le grand philosophe s’était alors soumis (avec délectation) au terrible show médiatico-juridique de ce procès. Un BHL, bronzé et chemise ouverte, n’avait soulevé aucune objection à voir son témoignage filmé (et repris le soir même dans le JT de France 2). D’un ton docte et condescendant, il avait expliqué sans sourciller qu’il ne “connaissait rien du dossier” mais qu’il n’avait pas de doute sur le caractère raciste du meurtre.

 

Après une digression onanique sur le racisme du philosophe du dimanche, l’avocat de la défense était revenu sur les accusations très graves portées par BHL à l’encontre de Jean-Marie Garcia. “Quand vous avez écrit cet article (sur l’affaire) qui est un acte d’accusation, avez-vous pris contact avec la défense pour avoir un autre son de cloche ? Et la présomption d’innocence, qu’en faites-vous ?”, lui demandait-il.

 

Ce à quoi, BHL répondait avec une morgue invraisemblable : “Quand le mort est bien mort. Quand sa famille pleure. Lorsque l’on connait le coupable. C’est vrai que la présomption d’innocence j’ai un peu tendance à en négliger les principes”. En jouant de la confusion entre un crime confessé et des accusations de racisme qui alourdissaient encore le dossier.

 

La condamnation sans appel BHLienne avait sonné Jean-Marie Garcia, homme rustre et ne disposant certes pas du bagage socio-culturel de Dominique Strauss-Kahn : “Moi aujourd’hui après Monsieur Bernard Henri-Lévy, je me sens comme un moustique écrasé par un géant”. Selon que vous serez puissant ou misérable…

 

Si Jean-Marie Garcia a bien été condamné à 25 ans de prison pour meurtre, les charges de crime raciste n’ont pas été retenus malgré les certitudes de BHL et son mépris pour la présomption d’innocence.


témoignage, BHL n'a rien vu, sauf du racisme! by iatrocles13

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Akasha dit :

    Franchement celui la il devrait surtout apprendre à se taire. Des qu'il apparait dans les médias c'est du foutage de gueule. Il sait ce que c'est lui d'avoir du pouvoir grace à son argent la preuve il n'y a jamais personne pour le contrer, pour le casser. C'est minable il ne devrait même plus être inviter nulle part. En quoi ose-t-il défendre le racisme? Cet être infecte qui estime que ce qui se passe en Israel est légitime. Tuer des bébés, tarrassés des maison, c'est normal dit-il. Monsieur BHL sincèrement vous me gonflez avec votre prétention, vous être ridicule. Si vous aimez tant vos amis pervers créer un club entre vous et foutez nous la paix.

  2. […] conscience morale de l’Occident et défenseur acharné de la présomption d’innocence (sauf évidemment quand il s’agit d’accuser à tort un sans-grade) va-t-il oser s’emparer de la cause de Ratko […]

Laisser un commentaire