/>

DSK : les scénarios grotesques de la défense pour nier le viol

Rédigé par lateigne (24actu) le 26 mai 2011.

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ne manquent pas d’imagination quand il s’agit d’échafauder des scénarios “abracadantesques” pour disculper leur client et plaider une relation sexuelle consentante. “Prostituée” ou “nymphomane”, ils cherchent avant tout à salir la victime.

 

Après avoir évoqué dans les premiers jours un pseudo-alibi et fait savoir que la victime n’étais “pas séduisante” (et que donc DSK n’avait pas eu de relations sexuelles avec elle), les avocats de l’ex-patron du FMI ont changé leur fusil d’épaule face aux preuves accablantes révélées par les analyses ADN.

 

C’est donc des scénarios d’une relation sexuelle consentie que la “défense” (sous couvert de l’anonymat) tente désormais de vendre aux médias, notamment à Paris-Match et au Nouvel Obs qui ont relayé des informations très fantaisistes sourcées de la “défense”.

 

Deux scénarios ont été présentés aux journalistes français, aussi grotesques et peu vraisemblable l’un que l’autre. Première hypothèse avancée, la victime serait en réalité une “prostituée à temps partiel”, faisant des passes entre deux ménages… Selon les sources de la défense de DSK qui ont parlé au Nouvel Obs, le politicien déchu n’aurait pas encore expliqué à ses avocats pourquoi la situation aurait mal tourné…

 

Un scénario totalement farfelu puisque d’une part on est en droit de penser que quinze jours après son arrestation, les avocats de DSK sont parfaitement au courant de sa version des faits (s’il en a une), qui se révèle ensuite totalement “impossible” d’après plusieurs sources du monde hôtelier. N’en déplaise à Jean-François Kahn et autres bonnes âmes de gauche, le mythe de la soubrette prostituée… est bel et bien un mythe !

 

Deuxième hypothèse, relevée cette fois par Paris-Match. DSK aurait rencontré la victime quelques heures avant les faits et l’aurait séduite. C’est donc pour une relation sexuelle qu’elle serait monté dans sa chambre… Sauf que l’histoire se corse et que la victime, présentée comme une “nymphomane” par la défense, n’aurait pas été satisfaite après une simple fellation…

 

C’est donc elle qui se serait ruée de dépit sur Dominique Strauss-Kahn pour en réclamer d’avantage et aurait par ce fait provoqué les différentes lésions constatées sur les corps des deux protagonistes… avant de s’enfuir en larmes de la chambre et d’être découverte par ses collègues.

 

Une version totalement fantaisiste et éminemment insultante pour la jeune victime… Les avocats de DSK, recrutés à prix d’or, devront trouver de meilleurs arguments s’ils comptent faire innocenter leur client.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Guitard Robert dit :

    L'affaire DSK, cela devient du délire des cotes de l'Atlantique d'ailleurs. Emballement médiatique, emballement judiciaire, emballement politique. Quand allons nous trouver des hommes sérieux et revenir a une vie normale.

  2. guitare Robert dit :

    Il y a une chose qui me fait vomir en ce moment, c'est qu'il y a une femme qui s'est fait violée, et sur les conseils de sa mère et de son avocat, elle ne porte pas plainte..

    Voici un petit rappel : Le viol est un crime et non un délit.

    Cette affaire a été publiée pratiquement dans tous les journaux.

    Le ministère de la justice qui en a eu vent, aurait dû en pareil cas ouvrir une enquête. Mais non rien ça dort.

    L'avocat commet une faute lourde d'avoir donné ce genre de conseil.

    Quand à la mère pour protéger sa carrière, ou sous la pression de son parti politique a aussi coonseillé sa fille de ne pas porter plainte. C'est une mère indigne.

    Bonne journée…

  3. Julien dit :

    @ guitare Robert: les faits allégués par tristane banon seraient plutôt qualifiables d'agression sexuelle, Ie. un délit un non un crime. De plus, on ne peut pas dire "une femme qui s'est faite violée" alors qu'elle n'a même pas porté plainte. Depuis quand la publication d'une information dans la presse vaut condamnation? On rêve!

    A l'auteur de l'article. Ce site est scandaleux. Vous reproduisez des informations non vérifiées, sans aucun travail d'investigation. Taisez vous nom de Dieu!

    Et pour l'instant il n'y a pas de victime. Il y a une plaignante, qui sera une victime si les faits sont avérés et DSK condamné. Salir sa réputation? Que fait l'accusation si ce n'est la même chose avec DSK? C'est le jeu de la justice américaine. Et comment faire autrement uand vous avez une telle affaire avec peut-être juste les témoignages des deux personnes impliquées? Il est normal de vouloir décridibiliser le témoignange de l'autre alors qu'il s'agit de l'élément principal du dossier (pour autant qu'on le sache pour l'instant puisque contrairement à ce qui est dit partout, on ne sait pas encore s'il y a d'autres éléments).

    Ensuite, c'est normal aux USA de présenter des scénarios alternatifs à ceux de l'accusation. Il faut convaincre le jury qu'il existe des doutes concernant la véracité des faits tels que présentés par l'accusation. Cela de deux manières. En contestant les éléments de preuves, et en exposant une ou des versions alternatives des faits. Ca se passe comme ça à chaque procès.

    Et pour le moment vous ne pouvez pas préjuger que ces scénarios sont grotesque, vous ne connaissez, comme nous tous, rien au dossier, vous n'êtes pas un intime de la victime, alors fermez là!

    Ce n'est pas du journalisme tout ça! C'est proprement scandaleux!

Laisser un commentaire