/>

NKM : la droite bobo et le piège de la diabolisation du FN

Rédigé par lateigne (24actu) le 03 juin 2011.

Comme la plupart des ministres, Nathalie Kosciuzko-Morizet veut avant tout “exister” dans le petit cirque politico-médiatique. Après l’écologie, la prêtresse de la droite bobo a saisi un nouveau cheval de bataille : les valeurs républicaines face au “péril brun” que constitue le Front National.

 

Ce n’est pas nouveau et ça a toujours profité à la gauche jusqu’à présent… alors pourquoi changer ? La diabolisation absurde du Front National est une formidable machine à perdre pour la droite, inventée par François Mitterrand. Si Nicolas Sarkozy a commencé à démonter ce mécanisme suicidaire, certaines bonnes âmes de droite réclament un retour en arrière.

 

Et comme par hasard, les courageux élus qui partent à la défense de la République contre le fascisme de la famille Le Pen… sont systématiquement issus de circonscriptions où la menace frontiste n’existe pas (et où ils n’ont donc pas besoin des voix du FN pour leur réélection). Dans la très cossue circonsciption de NKM dans l’Essonne, le FN a recueilli pas moins de 2,9% des voix en 2007 !

 

La diabolisation du Front National n’est pas qu’une erreur politique pour la droite parlementaire, c’est aussi un signe de mépris intolérable pour nombre d’électeurs conservateurs qui font un choix de contestation via le FN au premier tour, avant de revenir à l’UMP avec lequel ils ont tout de même plus de valeurs communes qu’avec la gauche.

 

En bataillant sur le refus hystérique, non seulement de toute alliance mais aussi de tout respect à l’égard des électeurs FN, NKM joue la droite des beaux quartiers qui refuse de se salir les mains contre la droite populaire, radicale et sociale qui, n’en déplaise aux journalistes, fait également partie de la majorité présidentielle !

 

La création du monstre UMP est d’ailleurs la cause de cette schizophrénie. Comment faire cohabiter Christian Vanneste et NKM dans un même parti ? Le RPR, avec son gaullisme et sa fibre populaire aurait permis (si ce n’était la haine que se vouaient Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen) à sortir du piège de la diabolisation.

 

N’en déplaise à NKM, le FN sauce Marine Le Pen n’est plus tout à fait celui de son père. Si le parti d’extrême-droite ne défend pas pour l’heure un programme compatible avec celui de l’UMP, il a mis de côté les excès et les provocations puériles de Jean-Marie Le Pen.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. muzikant dit :

    … justement grâce aux abrutis de son genre, le mouvement national progresse …

  2. Pitch dit :

    Ce matin on recevait sur la radio BFM un jeune entrepreneur du solaire en difficulté.

    Le speaker lance alors que si NKM doit être contactée, cela peut se faire par l'intermédiaire du frère de la ministre, auditeur fidèle.

    Et de préciser sur le mode "message personnel" : "D'autant que c'est un très joli garçon, avec de très beaux yeux bleus, vraiment magnifique !" .

    Abominable prostitution.

  3. denis dit :

    surtout qu'on n'a pas besoin de NKM pour se rendre compte que le FN n'a nullement changé ses bonnes vieilles manies populistes et que l'arrière garde veille encore au grain.

    Finalement, le bandeau est toujours à la mode…

Laisser un commentaire