/>

DSK : Nafissatou Diallo toujours victime présumée

Rédigé par lateigne (24actu) le 04 juillet 2011.

En moins de 24 heures, les médias ont fait passer Nafissatou Diallo du rang de victime de viol à celui de manipulatrice, voire de prostituée. Si les mensonges de la femme de chambre fragilisent son témoignage, cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas été violée par Dominique Strauss-Kahn.

 

Que reproche-t-on à Nafissatou Diallo ? D’avoir menti sur son application pour entrer aux Etats-Unis ? Combien d’immigrés africains sont dans la même situation ? D’avoir nettoyé deux chambres avant d’aller se plaindre du viol ? Le choc s’exprime-t-il de la même façon chez tout le monde ? D’avoir appelé un ami en prison et avoir dit qu’elle “savait ce qu’elle faisait” ? N’est-ce pas maigre pour en faire une menteuse ?

 

La vérité est que tous ces éléments décrédibilisent la plaignante dans le système américain et que du coup son témoignage ne sera pas pris au sérieux par le juré… mais cela n’affecte en rien la possibilité qu’elle ait bien été victime de viol dans la suite du Sofitel.

 

Tous les éléments factuels corroborent d’ailleurs cette thèse. Des traces de sperme sur les tapis et le mur. Des traces de violences sur le vagin de la plaignante. Une blessure à l’épaule provoquée par la chute. Sans parler de la rapidité avec laquelle DSK est sorti de l’hôtel…

 

Ce qui est triste finalement dans cette affaire, c’est que les mensonges annexes de Nafissatou Diallo vont nous priver de la révélation de la vérité que seul un procès aurait pu apporter. En attendant le procès intenté par Tristane Banon ?

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. Laulau dit :

    "…. nous priver de la révélation de la vérité que seul un procès aurait pu apporter."

    Et oui, le fabuleux système judiciaire américain permet qu'il n'y ait pas de procès, même s'il y a des preuves matérielles. Il suffit que le procureur craigne de perdre le procès. Car le procureur est élu, veut être réélu et il défend, avant tout, ses propres intérêts et pas ceux de la justice.

  2. Julien dit :

    Hihihi. Vous continuez à faire semblant de ne pas comprendre. Ou alors vous ne comprenez vraiment rien à rien. Elle ne peut pas être "toujours une victime présumée" puisqu'elle ne l'a jamais été. Elle a été, et est toujours plaignante. Victime, c'est quand il y a eu procès et condamnation d'un coupable. En attendant il y a un présumé innocent / une plaignante.

    Et puis vous parlez de salir sa crédibilité. Qu'avez-vous fait d'autres que salir celle de DSK jusqu'à présent? Les rumeurs à la con que vous avez déversées dans votre feuille de choux, qu'elles soient bidon ou véridiques, et bien "cela n'affecte en rien la possibilité" que DSK n'ait rien fait du tout.

    Comme surnom Lateigne, ce n'est pas terrible pour des articles comme cela. Vos ficelles sont tellement grosses que ce n'est même pas bien méchant. VOUS n'avez juste aucune crédibilité.

  3. filipo dit :

    je suis d'accord avec Julien, la démagogie semble être monnaie courante sur ce site, il est vrai que l'on avait rien pour soupçonner une tentative d'extorsion de fonds, il suffisait simplement de réécouter les témoignages de l'entourage de cette blanche colombe au deuxième jour de cette affaire….

    Je cite son voisin de palier sur France 2, "j'espère qu'elle va lui prendre un max"…

    A méditer…même si DSK n'est pas net !il n'est pas le seul !

    Nier l'évidence même pour un journaliste qui s'est vautrer, n'est pas dévalorisant, prenez exemple sur le procureur8

  4. muzikant dit :

    … rien n’est plus dur pour les victimes que de voir leur prédateur se pavaner la tête haute et profiter de la vie en toute bonne conscience alors que leur vie est brisée. il faut se battre pour elles et non pour ce vaurien ignoble de dsk …

  5. Julien dit :

    @muzikant. Ce que vous dites est très à la mode aujourd'hui. C'est ce qu'on appelle le droit pénal de l'ennemi (allez voir Gunther Jakobs dnas le texte si ça vous intéresse de donner une assise théorique à vos âneries). On dit aussi droit pénal de la dangerosité. Ce que vous faites, c'est exclure de l'humanité certaines personnes que vous qualifiez d'animaux ("prédateurs") et de leur nier les droits fondamentaux attachés à leur qualité d'êtres humains.

    Ca n'est pas nouveau, déjà les positivistes, au XIXème, pensait pouvoir dire qui étaient les "criminels nés" en fonction de la taille de leur crâne. Aujourd'hui, avec les progrès de la science et l'élargissement de la criminologie à à peu près toutes les disciplines des sciences humaines, on croit qu'on peut ne pas tomber dans le panneau des positivistes qui se seraient juste trompés de critères… Moui, ben c'était aussi leur argument à l'époque, la science…

    Et n'oubliez pas, elle n'est toujours pas une victime, et il est toujours présumé innocent!

  6. filipo dit :

    à Muzikant

    Je vous rappelle que qualifier quelqu'un de prédateur sexuel alors que l'on a aucun jugement qui aille dans ce sens est susceptible de poursuites au pénal…

    vous avez le droit d'avoir une opinion mais affirmer en public sans preuve comme vous le faites est un délit.

    Même si semble-t-il DSK n'est pas non plus tout blanc, on peut légitimement s'interroger sur les réelles motivations des PRESUMES victimes au STATE et en FRANCE, alors un peu de retenue dans vos propos qui semble-t-il sont partial !

    De toute façon DSK a prouvé qu'il était irresponsable, se mettre dans une telle situation alors que manifestement on souhaite dans les mois à venir postuler aux plus hautes responsabilités au sommet d'un état est indigne.

    Il faut défendre la VERITE et les droits de chacuns.

Laisser un commentaire