/>

Rumeurs : il faut sauver la candidate Martine Aubry !

Rédigé par lateigne (24actu) le 11 juillet 2011.

Le début de campagne de Martine Aubry n’est pas poussif, c’est un fiasco. Décidée de tenter le tout pour le tout pour refaire son retard, la maire de Lille nous ressort la ficelle usée de la “rumeur”, de la “campagne de caniveau” et des “boules puantes”… dont la droite serait évidemment responsable. Un contre-feu dérisoire et indigne d’une candidate à la présidentielle.

 

Les manoeuvres politiciennes ne sont pas toujours où on voudrait bien le croire. Handicapée par son manque de charisme et par une actualité riche (DSK, remaniement, libération d’otages), la campagne de Martine Aubry ne réussit pas à prendre. Du coup, quoi de mieux que de se placer en victime de la méchante UMP pour tenter de sauver les meubles et faire parler d’elle ?

 

Martine Aubry n’est ni la première, ni la dernière personnalité politique à faire l’objet de rumeurs… Celles la concernant étaient d’ailleurs confidentielles et il a fallu attendre les larmes de crocodile de la première secrétaire du PS pour que la France découvre que certaines personnes mal intentionnées disaient qu’elle était “islamiste”, “alcoolique” et “malade”…

 

Autant de rumeurs vagues et absurdes dont on pourrait retrouver le pendant chez chacun des prétendants à l’Elysée… voire lors d’une municipale de sous-préfecture ! La colère orchestrée de Martine Aubry n’est donc pas un hasard et sa date de sortie non plus. Il s’agit de sauver les meubles et de relancer une campagne qui patine face à François Hollande.

 

Mais comme la calomnie porte toujours ses fruits et que l’UMP de Nicolas Sarkozy est un client idéal en matière de dénigrement, Martine Aubry s’est lâchée et a attaqué la droite à qui elle attribue la paternité de ces rumeurs sans fondements.

 

Les amis de Dominique Strauss-Kahn, qui insinuent que l’Elysée est derrière l’arrestation de leur poulain ont au moins le mérite d’avoir de l’ambition dans leurs théories du complot… Imaginer Nicolas Sarkozy préparer une rumeur sur le Web pour dire que sa rivale est alcoolique est tout bonnement pathétique !

 

Des méthodes qui illustrent en tout cas que ce n’est pas à droite qu’il faut chercher les coups bas et les manipulations, et que le parti socialiste, incapable de parler politique et de porter un projet alternatif pour la France, se cache derrière le moindre écran de fumée…

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. muzikant dit :

    … elle continue à endormir les simplets avec ses promesses qu'elle ne pourra jamais tenir et en plus elle accueillera tous les "refugiés" d'afrique du nord à nos frais ? …

  2. […] Via Scoop.it – Politique par la CFTC HUSLe début de campagne de Martine Aubry n’est pas poussif, c’est un fiasco. Décidée de tenter le tout pour le tout pour refaire son retard, la maire de Lille nous ressort la ficelle usée de la « rumeur », de la « campagne de caniveau » et des « boules puantes »… dont la droite serait évidemment responsable. Un contre-feu dérisoire et indigne d’une candidate à la présidentielle. Les manoeuvres politiciennes ne sont pas toujours où on voudrait bien le croire. Handicapée par son manque de charisme et par une actualité riche (DSK, remaniement, libération d’otages), la campagne de Martine Aubry ne réussit pas à prendre. Du coup, quoi de mieux que de se placer en victime de la méchante UMP pour tenter de sauver les meubles et faire parler d’elle ?Show original […]

  3. SoDem dit :

    Effectivement, cette campagne de la droite est puante tout autant que cet article.

    Rassurez vous, pas besoin de sauvez le soldat Aubry, travaillez donc à sauver le votre dont plus personne ne veut.

  4. ThymThym dit :

    ET bourrée comme une urne avec ça…

  5. SoMerd dit :

    Effectivement, cette campagne de Martine Aubry est puante tout autant que les frasques sexuelles de l'ex-présidentiable DSK.

    Rassurez vous, pas besoin de tirer sur le soldat Aubry, entre son coude qui se lève maladivement et son mari acquis à l'Islam radical, avec les autres candidats socialistes qui l'attendent au coin du bois un couteau à la main, avec la dangerosité de leurs "alliés" Verts-Europe Ecologie, avec tous ces fomidables atouts, Aubry et les socialistes arriveront tout seul, comme des grands, à se tirer des balles dans le pied et à se faire battre à plate couture par Sarko aux Présidentielles.

    Comme disait Brassens, "Quand on est con-socialiste (c'est synonyme), on est con-socialiste".

Laisser un commentaire