/>

Air France : quand les syndicats prennent le ciel en otage

Rédigé par lateigne (24actu) le 03 août 2011.

Les syndicats d’Air France savent lire un calendrier… et voir que leur pouvoir de nuisance (et de chantage) est décuplé en pleine période estivale. Au mépris des voyageurs français et étrangers qui pourraient bien voir leurs projets de vacances chamboulés par ces méthodes iniques.

 

Si les voyageurs des aéroports français (première destination touristique mondiale) ont soufflé en découvrant que les pilotes d’Air France renonçaient finalement à leur grève après plusieurs semaines de tractations et des menaces de blocages, les mécaniciens de la compagnie aérienne ont eux cessé le travail depuis 8 semaines.

 

Du coup, l’état de la flotte d’Air France se dégrade et on ne compte plus les retards et les annulations de vol… Une belle image de la France pour les touristes qui voient leurs vacances repoussées, voire annulées. Sans parler des risques sur la sécurité aérienne avec des avions moins (ou pas du tout) inspectés.

 

Les mécaniciens, qui réclament une augmentation salariale de l’ordre de 300 à 600 euros par mois (rien que ça) ne semblent d’ailleurs pas prêts de baisser les bras et jouent la carte du jusquauboutisme. Au mépris des voyageurs… comme d’habitude.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. fab dit :

    8 semaines pour parler d'un conflit .Whaooou quelle réactivité, ça c'est du journalisme !

    Le conflit est entre la direction et les employés .C'est la direction de l'entreprise qui méprise ces clients en les faisant voler (jusqu'à l'accident)sur des avions pas ou peu révisés?

    Vous parler des touristes étrangers , quelle doit être leur tête en arrivant à CDG 1 (le terminal le plus pourri d'Europe )mais peut être que vous ne fréquentez que le salon VIP de CDG 2 de la petite compagnie aérienne dont le DG PH Gourgeon vient de se goinfrer 46% d'augmentation !

    Alors effectivement ils devraient demander le même pourcentage d'augmentation.

  2. muzikant dit :

    … la meilleure solution est de financer les "syndicats" avec leurs adhérants …

  3. denis dit :

    Je me demandais si derrière le pseudo lateigne ne se cachait pas en réalité Nadine Morano ou Frédéric Lefebvre… Maintenant, je penche pour Jean-Pierre Pernault.

    Comme vous l'Albert Londres du 13 heures méprise les syndicalistes "qui prennent la France en otage", n'est pas a une ou deux approximations ou raccourcis prêts et n'a pas peur d'afficher son soutien à un gouvernement tout en défendant son "indépendance"…

    Bravo les gars, continuez comme ça…

Laisser un commentaire