/>

Libye : Et Nicolas Sarkozy réinventa le gaullisme…

Rédigé par lateigne (24actu) le 23 août 2011.

Pendant que les socialistes se congratulent du non-lieu pour manque de preuve de Dominique Strauss-Kahn dans une sordide affaire de viol, Nicolas Sarkozy vient de démontrer que la politique n’est pas qu’un petit jeu de manigances et de petites phrases. En s’engageant (et rassemblant les principales puissances mondiales) pour sauver les populations civiles de Libye, il est sur le point de faire chuter l’un des pires dictateurs de la planète.

 

La France est à nouveau une puissance respectée et influente à l’échelle mondiale. Ce prestige retrouvée, on le doit à Nicolas Sarkozy, premier chef d’Etat français depuis De Gaulle à ne pas avoir été suiviste de la politique étrangère américaine… mais à avoir été moteur d’une grande entreprise internationale.

 

Parce que Mouammar Kadhafi était sur le point de se rendre coupable d’un massacre à Benghazi… Parce qu’il avait déjà massacré et maltraité son peuple depuis 42 ans… Parce qu’aussi et surtout il avait été l’un des financiers et inspirateurs du terrorisme international et qu’il a du sang français sur les mais… Le choix de Nicolas Sarkozy est le bon et s’inscrit dans les pas du volontarisme du général de Gaulle.

 

Comme quoi la politique n’est pas un art de la passivité et du renoncement. Le bilan du premier mandat de Nicolas Sarkozy n’est certes pas remarquable, mais il a tout de même réussi quelques coups d’éclat (crise de l’Euro, Géorgie, Côte d’Ivoire,…) qui prouvent au moins qu’il y a désormais un capitaine à la barre.

 

Nicolas Sarkozy n’est peut-être pas sympathique, il est souvent irritant… mais il représente de loin l’option la plus crédible et la plus sérieuse pour les cinq ans à venir. Quelque soit le candidat socialiste (Martine Aubry ou François Hollande), il n’aura à proposer qu’un retour aux vieilles ficelles mitterrando-chiraquiennes : immobilisme et renoncement.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. denis dit :

    Il ne faudrait pas qu'Alain Juppé lise cet article, lui qui avait peu goûté que BHL lui vole la vedette chez Nico quand il avait débarqué au Château avec le chef des rebelles… D'autant que, pour le Ministre des affaires étrangère, la victoire (qui devait n'être qu'une question de jours, voire de semaine), n'est pas totale.

    En tout cas, vous confortez ce que tout le monde pense déjà: Nicolas Sarkozy est bel et bien ministre des Finances, de l'Intérieur, des Armées, de la Justice, de la Culture. Et accessoirement Président de la République et Premier Ministre. On comprend le besoin qu'il ait eu de s'augmenter au début de quinquennat.

    Malheureusement pour lui, il faudra un jour qu'on lui dise que le costume du grand Charles est un tantinet trop grand pour lui. Mais promis, à Noël on lui achètera une jolie panoplie de De Gaulle.

  2. Ch. Romain dit :

    Ça fait 42 que l'abominable dictateur Kadhafi, qui a du sang français sur les mains, maltraite son peuple. Donc, si je calcule bien lorsqu'il a été reçu à l'Elysée par Sarko et qu'il y a planté sa tente, ça faisait 39 ans ? C'est quoi, la différence considérable entre 39 ans de tyrannie et 42 ans de tyrannie qui vous fait passer d'un coup de "chef d'Etat honorable" à "abominable tyran" ?

Laisser un commentaire