/>

Robert Bourgi : l’homme de l’ombre mégalo de la françafrique

Rédigé par lateigne (24actu) le 11 septembre 2011.

Robert Bourgi est un de ces personnages troubles qui se promènent dans les allées du pouvoir et gagnent leur croûte en faisant accroire qu’ils sont “influents” et possèdent des “réseaux”. L’homme qui vient de dénoncer un système de corruption franco-africain généralisé est en réalité un prestidigitateur qui jongle depuis des décennies avec ses relations réelles ou inventées.

 

Que des chefs d’Etat africains aient financé pendant de très nombreuses années les campagnes électorales de droite et de gauche est hélas un secret de polichinelle. Ce scandale de la Ve République, qui a sans doute expliqué la complaisance de certaines de nos politiques africaines, n’est pas glorieux… mais il est tout de même cocasse que sa dénonciation vienne de l’une des personnes qui l’a incarné dans tout son cynisme et qui en a grassement profité pour faire fortune.

 

Quelles sont les arrière-pensées de Robert Bourgi pour qu’il se répande ainsi dans la presse et implique avec moult précisions le rôle de Jacques Chirac et de Dominique Villepin ? Si l’homme de tous les coups tordus (en atteste son rôle dans “l’élection” dynastique d’Ali Bongo au Gabon) se présente volontiers comme un conseiller de Nicolas Sarkozy et comme un proche d’une légion de présidents africains, la réalité est plus complexe.

 

Bien sûr Robert Bourgi grenouille dans les salons de l’Elysée dans l’attente d’hypothétiques rendez-vous avec des conseillers présidentiels. Bien sûr qu’il a ses entrées dans des palais présidentiels africains. Mais comme tout bon mythomane, il sait jouer de la réalité avec un miroir grossissant pour se donner un rôle qu’il n’a jamais eu.

 

Et les médias qui aiment les odeurs de souffre (pour rester poli) s’y laissent prendre de bon coeur et décrivent l’homme de toutes les affaires de la françafrique comme un conseiller occulte de Nicolas Sarkozy… Pour peu, on serait tenter de croire que Robert Bourgi tire les ficelles de la politique étrangère de la France !

 

Pourtant, il existe des dizaines de Robert Bourgi entre Paris et les capitales des anciennes colonies africaines. Des hommes d’affaires ratés, des communicants sans scrupules… et toute une ribambelle d’escrocs qui vendent en Afrique des relations qu’ils n’ont pas à Paris.

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. Thess dit :

    Pq écrire sur un sujet que vous ne connaissez manifestement pas ?

  2. denis dit :

    "Pourtant, il existe des dizaines de Robert Bourgi entre Paris et les capitales des anciennes colonies africaines. Des hommes d’affaires ratés, des communicants sans scrupules… et toute une ribambelle d’escrocs qui vendent en Afrique des relations qu’ils n’ont pas à Paris."

    Vous n'êtes quand même pas en train de parler de Patrick Balkany, là?…

  3. Ravaillac dit :

    Cherchez du côté de la SOCOCIM au Sénégal ! C'est une filiale du groupe VICAT! Vous découvrirez que Guy SIDOS et Jacques MERCERON-VICAT, les patrons réels de la SOCOCIM (basés à Paris), sont les premiers à financer Abdoulaye WADE (à travers la fondation EDUCATION & SANTE) et les hommes politiques français. Robert BOURGI n'est en fait qu'un petit "joueur" qui se contente de faire (désormais bruyamment) l'intermédiaire entre des "Grands" et des "Puissants". Robert BOURGI a une fâcheuse tendance à "éternuer plus haut que son nez" !

  4. C’est très intéressant de constater que Joseph Merceron-Vicat, grand-père de Jacques Merceron-Vicat, est bien identifié par la communauté juive comme un criminel de guerre nazi.

    http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/devenus.htm

    Les mensonges de Jacques Merceron-Vicat (et de Guy Sidos, son gendre) ne modifieront pas cette vérité historique !

    Charles Martel

    • Destoup dit :

      Quel dommage que Jean CHAIX, l’ancien DAF de VICAT, ne soit plus parmi nous pour nous interpeller et nous rappeler le trouble passé des familles MERCERON-VICAT et SIDOS !
      Jean connaissait l’histoire du groupe VICAT par cœur et, à la fin de sa vie, il avait plutôt honte d’avoir servi avec dévouement et passion André puis Jacques MERCERON-VICAT.
      Jean CHAIX avait du mal à cacher sa honte, celle d’avoir passé 34 ans de sa vie à enrichir des familles qui étaient fières de leurs pitoyables aïeux durant la Seconde Guerre mondiale.
      Les aïeux en question avaient collaboré avec la Milice et la Gestapo pour protéger leur niveau de vie et sauver leur patrimoine économique.
      Ils croyaient dans la solution finale et n’ont jamais exprimé le moindre remords après 1945.
      Demandez à Bernard TITZ, l’ex-Secrétaire Général de VICAT ! Il vous racontera comment des armes de l’armée allemande étaient stockées dans certaines carrières souterraines pour combattre les Résistants français (Vercors, Voiron…).
      Jean CHAIX était la mémoire historique de VICAT. Son combat silencieux et persévérant l’honore aujourd’hui. Il ne s’est jamais rangé du côté des criminels nazis.

  5. Destoup dit :

    Quel dommage que Jean CHAIX, l’ancien DAF de VICAT, ne soit plus parmi nous pour nous interpeller et nous rappeler le trouble passé des familles MERCERON-VICAT et SIDOS !
    Jean connaissait l’histoire du groupe VICAT par cœur et, à la fin de sa vie, il avait plutôt honte d’avoir servi avec dévouement et passion André puis Jacques MERCERON-VICAT.
    Jean CHAIX avait du mal à cacher sa honte, celle d’avoir passé 34 ans de sa vie à enrichir des familles qui étaient fières de leurs pitoyables aïeux durant la Seconde Guerre mondiale.
    Les aïeux en question avaient collaboré avec la Milice et la Gestapo pour protéger leur niveau de vie et sauver leur patrimoine économique.
    Ils croyaient dans la solution finale et n’ont jamais exprimé le moindre remords après 1945.
    Demandez à Bernard TITZ, l’ex-Secrétaire Général de VICAT ! Il vous racontera comment des armes de l’armée allemande étaient stockées dans certaines carrières souterraines pour combattre les Résistants français (Vercors, Voiron…).
    Jean CHAIX était la mémoire historique de VICAT. Son combat silencieux et persévérant l’honore aujourd’hui. Il ne s’est jamais rangé du côté des criminels nazis.

Laisser un commentaire