/>

Nucléaire : la promesse à 750 milliards de Martine Aubry

Rédigé par Notre équipe le 23 septembre 2011.

L’heure n’est toujours pas à la responsabilité chez certains éléphants socialistes. En se pliant aux exigences des Verts pour grapiller quelques voix écolos lors des primaires d’octobre, Martine Aubry s’est engagée à abandonner le secteur nucléaire : une promesse à 750 milliards d’euros !

 

Le coût de la sortie du nucléaire par l’Allemagne vient d’être chiffré à 250 milliards d’euros. La France étant trois fois plus dépendante de l’atome (70% contre 20%), une simple règle de trois permet de déduire que le coût en France serait de l’ordre de 750 milliards d’euros. Et encore ! Ce montant pourrait être largement supérieur à en croire le haut-commissaire à l’énergie atomique.

 

“Pour ce qui est de la France, dont le parc nucléaire est plus de trois fois plus important que le parc allemand, je crois qu’à ce stade, aucun chiffre ne peut raisonnablement être avancé, car les ressources de substitution ne sont pas les mêmes. L’impact risque d’être encore plus lourd que la simple application d’une règle de trois. De combien, c’est une question ouverte”, a estimé Bernard Bigot, avant d’affirmer que “sans le nucléaire, la facture énergétique exploserait dans des proportions sans précédent”.

 

Le coût exorbitant de la sortie du nucléaire, Martine Aubry n’en a cure. Ce qui compte pour l’heure c’est de rallier les suffrages écologistes pour tenter de faire un come back dans la course à la primaire face à un François Hollande qui s’est toujours montré très mesuré face à l’hypothèse de l’abandon de la filière. De la bonne vieille soupe politicienne à la mode solférinienne !

 

Pourtant, depuis cinquante ans, droite et gauche ont soutenu le secteur nucléaire, permettant à la France d’être la première puissance nucléaire mondiale et d’en avoir fait l’une des rares technologies hexagonales exportables… Avec nombre d’emplois à la clef et le prix de l’électricité le plus bas d’Europe ! Serait-ce un accident (qui rappelons le, n’a pas fait de victimes) de l’autre côté du globe qui justifierait ce retournement ?

 

Comment Martine Aubry justifiera-t-elle auprès des Français cette mesure au prix stratosphérique (et en réalité au moins aussi irréaliste que les programmes combinés de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen) qui, de surcroît, va faire disparaître des milliers d’emplois industriels en France ? La gauche française s’est-elle reniée au point de privilégier les désiratas d’une poignée d’écolos bobos plutôt que d’oeuvrer au bien commun pour les travailleurs français ?

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. BoboSocKiller dit :

    L'alcoolique islamophile de Lille, en perte de vitesse dans les sondages, en est réduite à faire de la surenchère démagogique pour se faire une place face à Hollande tout puissant et Royal qui remonte sec.

    Attendons-nous donc à ce que Martine nous sortent encore des tonnes d'âneries jusqu'aux primaires. Après quoi, une fois qu'elle se sera ramassée, on sera pârtiellement débarassé d'elle, du moins en tant que candidate aux Présidentielles. Ne plus voir sa tête ni entendre sa voix désagrable et sa hargne sera un vrai soulagement. Ouf, on l'aura échappé belle!!! Royal est plus drôle et Hollande plus intelligent.

  2. denis dit :

    Je rappelle qu'au Japon la société Tepco a arrêté la plupart de leurs réacteurs nucléaires suite à la catastrophe de Fukushima et que, jusqu'à preuve du contraire, les japonais ne s'éclairent toujours pas à la bougie…

Laisser un commentaire