/>

Karachi : la politique de la calomnie des médias de gauche

Rédigé par lateigne (24actu) le 27 septembre 2011.

A gauche, quand y a pas d’idées on ressort des “affaires”… Et comme le niveau politique des débats internes au parti socialiste rase la moquette, rien de tel qu’un petit exercice de calomnie à l’encontre de Nicolas Sarkozy. Si le nom du président n’apparaît nulle part dans l’enquête du “Karachigate”, les éléphants et leurs alliés médiatiques n’ont aucun mal à laisser voguer leur imagination.

 

Il était évident que le parti socialiste et ses sbires journalistiques (à commencer par Le Monde et Libération) ressortiraient la carte Karachi au cours de la campagne. L’affaire n’est pas nouvelle, aucun élément tangible ne met en cause de près ou de loin Nicolas Sarkozy… mais il est évident que le président ne peut qu’être éclaboussé par cette énième “affaire” mêlant contrats internationaux et financement de la vie politique.

 

Si c’est bien la campagne présidentielle d’Edouard Balladur qui est officiellement visée par le juge Van Ruymbeke, il est évident que la cible finale de la cabale médiatique de ces derniers jours n’est autre que Nicolas Sarkozy. Un Nicolas Sarkozy impliqué par les allégations de l’ex-épouse (en cours de divorce) d’un ex-conseiller…

 

Un fétu de paille factuel sur lequel les journaux brodent des unes plus “abracadabrantesques” les unes que les autres depuis plusieurs jours… sans qu’aucune enquête journalistique digne de ce nom n’ait apporté le moindre élément impliquant directement ou indirectement Nicolas Sarkozy dans toute cette affaire.

 

Et pendant ce temps, les socialistes (incapables de se dépêtrer d’une primaire imbitable), boivent du petit lait et multiplient les piques accusatrices aux relents de Saint-Just. Quand Ségolène Royal évoque un “système corrompu” (ce qui, soit dit en passant est de la diffamation), Martine Aubry rétorque que la République de Nicolas Sarkozy est “délétère”.

 

Autant d’accusations graves qui ne semblent choquer personne dans les salles de rédaction.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. muzikant dit :

    … ces tocards gauchistes ils aimeraient enfin détruire la démocratie et le monde libre qu'ils haïssent au plus profond de leurs cerveaux crasseux, après que l'extrême gauche fasciste ait échoué …

  2. Morecroft dit :

    "sans qu’aucune enquête journalistique digne de ce nom n’ait apporté le moindre élément impliquant directement ou indirectement Nicolas Sarkozy dans toute cette affaire."J'ignorais que votre travail (journalistique ?) consistait à recopier les communiqués – par ailleurs mensongers – de l'Elysée. Et parler de Karachi désormais sans citer Hortefeux (un simple ex-conseiller en procédure de divorce lui aussi ?) est assez curieux. Je n'ose pas et plus en appeler à votre sens de la déontologie, mais j'attends toujours un semblant de méthodologie.

Laisser un commentaire