/>

A Paris, l’UMP en crise

Rédigé par notre équipe le 29 septembre 2011.

La défaite de la droite aux élections sénatoriales de dimanche dernier à Paris n'en finit pas de faire parler. Les critiques se cristallisent autour de l'exécutif de la fédération UMP formé par Philippe Goujon, Jean-Jacques Giannesini et Jean-François Lamour.

lamour_goujonLa défaite de la droite aux élections sénatoriales de dimanche dernier à Paris n’en finit pas de faire parler. Les critiques se cristallisent autour de l’exécutif de la fédération UMP formé par Philippe Goujon, Jean-Jacques Giannesini et Jean-François Lamour.

Déjà mise sous tension par la liste dissidente menée par l’ancien conseiller élyséen Pierre Charon, la fédération UMP de Paris est aujourd’hui au bord de l’explosion. Les petites phrases fusent de tout bord pour dénoncer ou à l’inverse soutenir l’action des responsables de la première fédération de France du parti majoritaire. Pour Françoise de Panafieu, ex-candidate à la mairie de Paris en 2008, “dimanche, les forces vives de la droite parisienne se sont exprimées à leur manière, librement, alors que la fédération est en passe de fossilisation“. Même son de cloche chez Pierre Charon : «Ils doivent tirer d’eux-mêmes les conséquences de leur échec», lance-t-il, avant de poursuivre «Goujon ne préside plus une fédération, mais une faction».

Paris, otage du duel Fillon-Copé

Du côté de Philippe Goujon, on assure vouloir maintenant rassembler et bénéficier du soutien de Jean-François Copé. Pourtant le désaveu tombe comme un couperet mercredi lorsque ce dernier déclare sur LCP que la fédération “n’est pas en ordre de marche“. Paris est en fait au centre de la bataille que se livrent Copé et Fillon pour 2017. Le parachutage de Chantal Jouanno à la tête de la liste UMP aux sénatoriales était censé être le prémice de l’arrivée de François Fillon dans la capitale aux législatives de 2012 et à l’élection municipale de 2014. Une implantation soutenue par la fédération UMP mais qui dérange de nombreux élus.

Copé d’abord, qui craint de voir son rival utiliser Paris comme rampe de lancement pour 2017. Mais aussi Rachida Dati, dont l’investiture aux législatives serait menacée par l’arrivée du Premier ministre. Elle est soutenue dans son combat par tout ce que l’UMP parisienne compte de frondeurs, de Pierre Charon à Claude Goasguen et Brigitte Kuster, respectivement maires des XVIème et XVIIème arrondissement.

Ouvrir et renouveler l’UMP parisienne

Pour sortir de la crise dans laquelle est empêtrée la fédération de Paris, la tête de l’actuel secrétaire départemental Jean-Jacques Giannesini qui n’est pas élu directement par les militants pourrait bien tomber. Il serait remplacé par un duo de chargés de mission de sensibilités différentes et quatre secrétaires départementaux adjoints issus de la jeune génération murmure-t-on à l’UMP.

Une jeune génération qui provient des arrondissements de l’est parisien et qui ne sont pas identifiés comme appartenant à l’un des deux camps. Franck Margain, conseiller régional et futur candidat dans le XIIème arrondissement qui est issu des rangs du Parti Chrétien Démocrate pourrait figurer dans la liste. Tout comme l’illustre Benjamin Lancar, investit dans le Xème arrondissement qui ne fait pas mystère de son souhait de voir François Fillon atterrir à Paris, mais qui travaille en bonne intelligence avec Jean-François Copé à la tête des “Jeunes Pop”

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Henri dit :

    Margain, élu des Yvelines. Encore un parachutage dans le 12eme ? Totalement inconnu des habitants de l'arrondissement.

  2. Jean-Marc dit :

    @Henri : Vous rigolez ou quoi ! Si il y a bien un élu de droite qui fait du militantisme de terrain dans l'Est parisien, c'est justement Franck Margain. C'est sans doute pour celà qu'il dérange certains caciques de l'UMP qui sont bien installés dans leurs confortables positions où ils se prennent gamelles sur gamelles depuis des années sans qu'ils ne soient jamais remis en question. J'étais moi-même à l'inauguration de permanence de campagne de Franck Margain il y a un an et la rue était pleine à craquer. Vous pouvez regarder les images prises par les journalistes du petit journal de Canal+ qui étaient de la partie ce soir là. Quant à savoir si Monsieur Margain habite bien le XII°, ça ne fait pas l'ombre d'un doute pour ceux qui le connaissent un tant soit peux. Il faut arrêter l'intox Monsieur Henri ! Non mais sans blague, on croit rêver!

  3. Herve dit :

    Je ne peux que conformer les propos de Jean-Marc connaissant Monsieur Franck Margain depuis de longues années. Son engagement personnel est vraiment désintéressé et motivé seulement par son souhait de Servir et d'être utile. Une des grandes qualités de Franck est l'écoute des autres et qu'il ne s'est jamais enfermé dans n'importe lequel sectarisme : bien au contraire ! pragmastisme, souci des autres et bon sens le caractérisent.

  4. henri dit :

    Tiens commentaire effacé… On recommence. Margain élu des Yvelines. Encore un parachutage dans le 12eme….