/>

Le Monde, Libération : la presse en campagne contre Sarkozy

Rédigé par lateigne (24actu) le 04 octobre 2011.

A six mois de l’élection présidentielle, il faudrait être aveugle pour ne pas se rendre compte du parti-pris partisan de l’essentiel des médias pour faire tomber Nicolas Sarkozy. Si le journal Libération roule traditionnellement pour le parti socialiste (à l’image du Figaro pour l’UMP), l’anti-sarkozysme militant du Monde pose de sérieuses questions sur la neutralité du traitement des présidentielles de 2012.

 

Les Unes se suivent et se ressemblent… qui ramènent inéxorablement à une “système Sarkozy” et aux “affaires”. Point de politique ou si peu (hormis lorsqu’il s’agit de marteler les mauvais chiffres du chômage, les échecs sécuritaires du gouvernement ou les sondages défavorables à l’exécutif), mais en revanche pléthore des rumeurs et de bruits de couloir touchant (très) indirectement l’entourage de Nicolas Sarkozy avec en toile de fond des accusations lancinantes que rien ne vient étayer.

 

Pourquoi une telle posture d’opposition pour un journal se plaçant traditionnellement au-dessus de la mêlée ? Nicolas Sarkozy est-il si diabolique qu’il fasse faire une entorse à l’indispensable recul journalistique poussant à présenter avec neutralité tous les angles d’un problème ? En réalité, la position du Monde est plus que trouble depuis 2007. Naguère taxé de complaisance à l’égard de Nicolas Sarkozy, le quotidien tente de se refaire une virginité sur le dos de l’ancienne icone de la rédaction… Quitte à taper sans discernement et à se faire procureur de l’anti-sarkozysme et de mettre sérieusement en cause la crédibilité du quotidien.

 

Car depuis plusieurs mois, Le Monde a fait le choix de l’opposition systématique et systémique au gouvernement et s’est engagé sur la voie du journalisme d’opinion au point de briser le sacro-saint équilibre journalistique de la trinité de la presse écrite française : Le Monde en Saint-Père avec Le Figaro à sa droite et Libération à sa gauche. Si Le Figaro roule sans beaucoup de finesse pour Nicolas Sarkozy et que Libération s’affiche sans ambages aux côtés du parti socialiste, la voie médiane et factuelle qu’incarnait jusqu’à présent Le Monde a été abandonnée.

 

Et que reste-t-il aux Français pour obtenir une information non déformée par le prisme idéologique (que 24heuresactu assume sans complexe d’ailleurs) ? Comment demeurer le journal de référence quand on se lance aussi grossièrement dans une oeuvre de démolition du président sortant au profit d’une opposition qui ne brille pourtant pas par ses propositions ?

 

A l’ère du Web, Le Monde semble déclarer la guerre de l’information ouverte : plus de repères, plus de balises… toutes les opinions s’opposent sans hiérarchisation… et que les meilleures gagnent !!!

 

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. denis dit :

    Qui dit "presse de gauche", dit "presse de droite"… Et cette dernière n'a pas mal fonctionner ces 5 dernières années. Je dirais même qu'elle n'a pas mal servit Nicolas. Toujours dans un soucis de partialité, évidemment…

    Quand le prochain Président sera socialiste en 2012, Le Figaro deviendra beaucoup plus intéressante à lire.

  2. Morecroft dit :

    Bon, bon, reprenons tout ça. Vous reprochez apparemment à un journal de traiter les résultats de la politique présidentielle. Pourquoi pas. Vous considérez que Nicolas Bazire ne fait pas partie de l'entourage direct de N. Sarkozy. C'est curieux mais bon. Là où ça devient réellement étonnant, c'est lorsque vous prétendez délivrer une information qui n'est pas "déformée par le prisme idéologique" : la plupart de vos contributeurs ont affirmé sur ce même site être de droite, vous avez comparé A. Montebourg à Goebbels, et très souvent mis en garde contre le péril socialiste. C'est votre droit mais ne prétendez pas par pitié être mesurés et objectifs.

  3. streit dit :

    De mon point de vue pour avoir une information objective il faut écouter tous "les sons de cloches". Si des informations se recoupent il y a des chances qu'elles soit crédibles

  4. denis dit :

    @Morecroft:

    Bien sûr que les joyeux contributeurs de ce site "informatif" sont mesurés et objectifs. La preuve: ils ne sont pas journalistes. C'est dit dans leur pedigree sur la page "à propos" du même site. Ils ne sont donc pas à mettre dans le même sac de crabes que les gratte-papiers du Monde ou de Mediapart, ces gauchistes qui osent des articles de fond anti-sarkozy. C'est d'ailleurs pour cela que ces journaleux sont écoutés: pas pour la qualité de leurs articles, mais juste pour se renseigner sur les âneries qu'ils écrivent.

    Et puis, il faut leur reconnaître une certaine qualité dans leur ligné éditoriale. Mis à part dans Closer ou VSD, je ne pense pas que l'on puisse trouver autant d'articles dont les mots clés sont "sperme", "sexe", "sex-tapes", "nues", "hard"… Pour un site dit "de droite", c'est plutôt original à défaut d'être de bon goût.

    Pour en revenir à l'article qui nous intéresse, il y a une chose qui m'a bizarrement frappé. C'est quand l'Elysée c'est défendu en proclamant haut et fort que le nom de Nicolas Sarkozy ne figurait pas dans le dossier Karachi. Ah bon? Ce qui sous-entend que l'Elysée et l'Intérieur aurait eu accès au dossier d'une enquête en court?

  5. muzikant dit :

    … ces zozos gauchistes me rappellent les abrutis d'EN qui encadrent les manif des extrémistes musulmans – en tête de cortège les affiches: vive la paix et pour les suivants: détruisons israel …

  6. patron de pme dit :

    C'était déjà les mêmes intello, qui, au nom de la sacro-sainte liberté de bien-penser, on laissé une voix royales a Hitler en 38.

Laisser un commentaire