Les patrons des PME ont le moral en berne

Rédigé par francis40 le 26 octobre 2011.

Les dirigeants français de PME n’ont pas le moral. Chiffres à l’appui, la 11e édition du baromètre trimestriel KPMG/CGPME révèle une baisse du moral des patrons de PME. Crise boursière, difficulté d’accès au crédit bancaire ou lourdeur fiscale sont autant de paramètres qui plombent l’optimisme des entrepreneurs.

402 dirigeants d’entreprises françaises de 10 à 500 salariés ont été interrogés par l’IFOP pour ce baromètre publié par le cabinet français KPMG et la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises. Les premières conclusions de ce baromètre sont révélatrices des inquiétudes qui règnent dans les PME.

85 % des dirigeants de PME sont inquiets de l’avenir économique, soit le niveau le plus haut depuis la création du baromètre. Dans le BTP, ils sont même 96 % a partagé ce sentiment. En cause notamment, l’économie internationale puisque 62 % des chefs d’entreprises se déclarent inquiets par la crise boursière.

45 % d’en eux redoutent d’ailleurs une baisse du chiffre d’affaires et 33 % craignent que leur accès aux crédits bancaires soient plus difficile. Rétrospectivement, seuls 20 % des dirigeants de PME exprimaient une telle crainte au dernier baromètre de juin. En cause notamment : le coût du crédit en hausse et les demandes de garanties supplémentaires de la part des institutions bancaires.

La politique fiscale est également présentée comme une lourdeur supplémentaire pour les PME. 19% des dirigeants considèrent que la diminution de 10 % d’économies d’impôts sur les niches fiscales va avoir un impact négatif sur les décisions d’investissements. De même, 46 % anticipent négativement la remise en cause des dispositifs fiscaux de la loi TEPA, comme la défiscalisation des heures supplémentaires.

Déjà une remarque sur cet article

  1. denis dit :

    pauvres patrons.

    Manquerait plus qu'ils ne se suicident comme de vulgaires employés de France Télécom.

Laisser un commentaire