/>

Claude Guéant : la diabolisation pathétique de la gauche

Rédigé par lateigne (24actu) le 06 décembre 2011.

On croyait révolue l’époque des anathèmes et des procès en fascisme et en indignité politique de la part de la gauche française. L’opération de diabolisation du ministre de l’Intérieur de Claude Guéant nous ramène “aux heures les plus sombres de notre histoire” : celles de la dictature d’une pensée unique co-pilotée par des salles de rédaction parisiennes et les éléphants de la rue de Solférino.

“Indigne”, “Voix de Le Pen”, “ligne jaune franchie”, “lepénisation des esprits”… Autant d’anathèmes que l’on croyait démonétisés depuis la campagne offensive et décomplexée de Nicolas Sarkozy, premier dirigeant de droite depuis trente ans à avoir osé faire tomber les totems du terrorisme intellectuel qui faisait peser une chape de plomb sur le débat public français.

Mais à croire que les vieux réflexes moralisateurs ont la peau dure à l’approche d’une présidentielle, la gauche (et notamment le parti socialiste) tire à boulets rouges sur Claude Guéant depuis plusieurs semaines, en faisant un “crypto-fasciste” draguant l’électorat du Front National au nom de Sarkozy.

Mais qu’a dit de si incroyable notre ministre de l’Intérieur ? Confirmer que DSK avait bien été contrôlé au bois de Boulogne comme le lui demandait un journaliste ? Il faut toute la morgue des médias pour croire qu’il est des vérités qui sont réservées aux salles de rédaction (qui connaissaient manifestement l’affaire depuis des mois sans jamais en rendre compte).

Réclamer une baisse de l’immigration légale ? Estimer que certaines communautés issues de l’immigration posent plus de problèmes que d’autres ? Autant de déclarations de bon sens… et en tout cas totalement légitimes dans un débat démocratique, et que médias et gauche tentent de museler par la diabolisation.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. denis dit :

    ça serait bien que vous changiez de disque quand même, ça va devenir lassant de lire les mêmes éléments de langages ("anathème", "pensée unique", "dictature", "terrorisme intellectuel", "diabolisation"…).

    Monsieur Guéant, depuis qu'il est sortis de l'ombre du Château pour se mettre sous les lumières médiatiques, a plus un rôle d'artisan de la démagogie sarkozyenne qu'un vrai ministre de l'intérieur (c'est vrai que Sarko avait annoncé avoir tué le métier pour 10 ans; il ne va pas se relever de si tôt). C'est certain que balancer des "infos" situées en bas de la ceinture fait avancer le schmilblick… et sert de cache-misère (pour ne pas dire de cache-sexe) à une pensée droitière de plus en plus en déconfiture. Il est certes facile de "s'indigner", mais il faut en avoir un sacré culot pour soutenir un type capable d'en rajouter dans le merdeux sur une affaire qui n'intéresse plus personne.

    Quand aux reconduites à la frontière, ça amuse toujours le populo. On a l'impression d'être en sécurité… Jusqu'au prochain fait divers où l'on apprendra la mort d'un flic à la kalach' aux abords de Marseille.

  2. Vince dit :

    Quelle démagogie dans votre article, soutenir une personne qui de l'aveu même du Front National, vient mettre les pieds dans le purin d'un domaine qui était jusqu'alors, chasse gardée de ce parti fachisant. "Le site qui vous parle d'actu autrement", ferait mieux de se taire, vu le nombre de commentaires suscités depuis la parution de votre article nauséabonde du 6 décembre 2011. Quand à "nous ramenez aux heures les plus sombres de notre histoire", Guéant n'a pas à pâlir si je le compare à Pierre Laval, il aurait fait aussi bien, voir pire à cette époque là.

Laisser un commentaire