/>

PS : les guerres intestines brouillent la campagne Hollande

Rédigé par lateigne (24actu) le 13 décembre 2011.

Pas évident d’être le candidat du parti socialiste. Après Ségolène Royal, qui avait dû faire campagne contre l’appareil du parti en 2007, François Hollande réalise que tous ses “camarades” ne souhaitent pas nécessairement sa victoire. De Martine Aubry à Arnaud Montebourg, petit tour d’horizon des coups de poignards dans le dos entre éléphants.

Martine Aubry n’a de toute évidence toujours pas digérée sa défaite lors de la primaire socialiste. La première secrétaire du parti multiplie les coups bas pour déstabiliser la campagne d’un François Hollande qui aurait sans doute gagné à trancher dans le vif dès sa désignation et à faire place nette rue de Solférino.

Après l’accord passé avec les écologistes… manifestement sans avertir François Hollande de tous les points décidés et en y glissant un certain nombre pièges (MOX, EPR,…), Martine Aubry a récidivé à l’heure des investitures pour les législatives en appliquant une discrimination négative manifeste à l’égard des Hollandais…

Mais les guerres intestines au PS ne se bornent pas aux petites vengeances (aux effets désastreux) de Martine Aubry. Après la bombe atomique de l’affaire Guérini, Arnaud Montebourg ne s’est manifestement pas concerté avec François Hollande pour en remettre une couche… cette fois dans la fédération Nord.

Mettant en avant des fraudes dans ce département, le chevalier blanc du PS a réussi son coup en accaparant l’attention des médias, et en rendant inaudible (encore une fois) la campagne de François Hollande. Un François Hollande qui tente désespérément de se tenir écarté des miasmes internes au PS… mais qui est vite rattrapée par la réalité de son parti.

Déjà une remarque sur cet article

Laisser un commentaire